Afrique: En lui accordant l'attention urgente dont elle a besoin, la nature peut encore se régénérer

communiqué de presse

Alors que les températures caniculaires continuent de battre des records en Europe, que des incendies de forêt sans précédent se déclarent dans l'Arctique et que la couverture des glaces de mer polaires est réduite, une fois encore, à des niveaux sans précédent, jamais la crise climatique n'a été aussi palpable pour de nombreuses personnes.

L'intensité et la fréquence croissantes des phénomènes climatiques extrêmes ont des conséquences sur la vie sur Terre de nombreuses manières. Les écosystèmes océaniques et terrestres, dont nous dépendons tous, sont également affectés, de même que la capacité de notre planète à subvenir à nos besoins croissants.

Un rapport spécial (en anglais) publié aujourd'hui par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat révèle la manière dont le changement climatique, la gestion des terres et la sécurité alimentaire mondiale interagissent, créant des rétroaction complexes.

En contribuant à la désertification et à la dégradation des sols, la crise climatique menace gravement les écosystèmes terrestres, la biodiversité et la sécurité alimentaire mondiale. Sans surprise, les personnes vivant dans des zones dégradées ou sèches, souffrant dès lors d'un manque de ressources et d'eau, seront les plus touchées.

Mais tout comme les événements climatiques extrêmes exacerbent les processus de dégradation des sols à travers le monde, « une exploitation durable des terres peut contribuer à réduire les conséquences négatives de multiples facteurs de stress, y compris le changement climatique, sur les écosystèmes et les sociétés », notent les auteurs du rapport. Plusieurs solutions peuvent être utilisées pour offrir un répit à court, moyen et long terme.

Se servir du pouvoir de guérison de la nature

L'agriculture, la sylviculture et d'autres modes d'utilisation des sols représentent 24% des émissions de gaz à effet de serre, selon le cinquième rapport d'évaluation de 2014 du Groupe. Les programmes d'agroforesterie, de reboisement et de boisement, en particulier dans les régions tropicales, peuvent contribuer dans une large mesure à réduire la dégradation des sols et servir de puits de carbone, atténuant et aidant ainsi les écosystèmes à faire face au changement climatique. Ces solutions basées sur la nature, qui proposent une approche globale de l'utilisation des sols en exploitant les ressources existantes de la nature, nous permettent d'utiliser la capacité de restauration intrinsèque de la planète.

Protéger les puits de carbone vulnérables

De même, un climat plus chaud est associé à des émissions de gaz à effet de serre plus élevées résultant notamment du dégel du pergélisol et de la déforestation. Il est donc essentiel de protéger et de préserver les tourbières et autres puits de carbone vulnérables afin de ralentir la libération de gaz à effet de serre provenant de ces sources naturelles. Plus nous attendons, plus les risques sont importants, souligne le rapport.

Les niveaux actuels de réchauffement de la planète sont amplifiés par la raréfaction de l'eau, l'érosion des sols, la perte de végétation, les dégâts causés par les incendies de forêt, le dégel du pergélisol, la dégradation des côtes et la diminution des rendements agricoles, indique le rapport.

Exploiter le pouvoir de l'action collective

Alors que les gouvernements prennent ces conclusions en compte et que les communautés, les organisations internationales et l'agroalimentaire agissent pour mettre en œuvre des changements à l'échelle de la société afin de passer rapidement à la production alimentaire durable et à l'utilisation des terres, nous devons également faire notre part.

« Le niveau de risque posé par le changement climatique dépend à la fois du niveau de réchauffement et de l'évolution de la population, de la consommation, de la production, du développement technologique et des modèles de gestion des terres », soulignent les auteurs du rapport.

Alors que 25 à 30% des aliments produits sont perdus ou gaspillés, il est nécessaire d'améliorer les pratiques après récolte, leur stockage, leur transport et l'éducation des consommateurs pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Les individus peuvent faire leur part d'autres manières : en choisissant au quotidien, nous pouvons contribuer à réduire notre consommation d'eau, adopter un régime alimentaire plus durable à base de plantes et réduire notre consommation de produits toxiques non réutilisables, tels que les produits à usage unique. les plastiques qui étouffent et polluent les écosystèmes de la planète.

Certains ajustements et sacrifices pourraient être nécessaires, mais « de nombreuses solutions peuvent être appliquées sans augmenter la concurrence pour l'obtention de terres et peuvent potentiellement offrir de multiples avantages connexes », ajoute le rapport.

« Développer et permettre l'accès à des sources d'énergie plus propres est l'une de ces solutions », déclare Musonda Mumba, expert des Nations Unies pour les écosystèmes. « En réduisant le besoin de brûler du bois et du charbon de bois pour produire de l'énergie, les technologies d'énergie propre aident à réduire les émissions de carbone et à ralentir les pratiques de déforestation, tout en procurant des avantages socioéconomiques et sanitaires, en particulier pour les femmes et les enfants. »

Il n'y aura pas de solution miracle pour résoudre cette crise créée par l'homme, mais on espère qu'en agissant rapidement et à tous les niveaux de la société, nous pourrons réduire au moins une partie de la catastrophe. Seulement nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre le prochain rapport pour nous rappeler que le moment d'agir est maintenant.

Le sommet des Nations unies Action Climat se tiendra à New York le 23 septembre 2019 pour renforcer les ambitions, accélérer l'action sur l'urgence climatique mondiale et soutenir la mise en œuvre rapide de l'Accord de Paris sur les changements climatiques. Le Sommet de l'ONU Action Climat 2019 est organisé par le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Développement Durable

Plus de: UNEP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.