Tanzanie: Explosion d'un camion-citerne en Tanzanie - Des accidents fréquents en Afrique

La nouvelle tragédie qui a frappé la Tanzanie, où l'explosion d'un camion-citerne a fait 75 morts, vient s'ajouter à d'autres tragédies similaires qui ont touché récemment le Nigeria ou le Niger. Elle pose la question de savoir comment prévenir ce type de drames, récurrents sur le continent africain.

Le bilan s'est encore alourdi après l'explosion d'un camion-citerne en Tanzanie le samedi 10 août, dans la ville de Morogoro, à 200 kilomètres de la capitale Dar-es-Salam. Après la cérémonie d'inhumation des victimes dimanche, les autorités ont annoncé que quatre personnes avaient succombé des suites de leurs blessures, portant le nombre total de morts à 75. Il s'agissait essentiellement de badauds qui tentaient de siphonner la citerne de ce camion, renversé au bord de la route.

Ce scénario est malheureusement récurrent à travers tout le continent africain. Il y a un mois, 45 personnes ont trouvé la mort dans des circonstances similaires au centre du Nigeria et au mois de mai, 76 personnes ont été brûlées vives dans l'explosion d'un camion-citerne près de l'aéroport de Niamey, au Niger. Ces tragédies, fréquentes en Afrique, posent la question de la prévention.

Urbanisme et respect des lois

« La visite technique des camions est bien prévue mais est-ce que les États ont la capacité de contraindre ces entreprises de transport à effectuer ces visites techniques, notamment par rapport aux camions ? demande Luc Désiré Omgba, professeur d'économie à l'université de Lorraine. Il y a en principe des horaires spécifiques, mais bien entendu ils ne sont pas respectés parce que l'État n'a pas la capacité de le faire ».

« Est-ce que les États sont capables de faire respecter les lois qui sont votées ? ajoute-t-il. Est-ce que les prévisions par rapport à l'urbanisation sont réellement faites, par exemple lorsque les camions tombent près des habitations ? Notamment, les populations ne devraient pas être là, au niveau des ponts de stockage de ces produits. Les ressorts sont conjoncturels, mais les causes profondes sont structurelles. C'est pourquoi les problèmes sont récurrents ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.