Angola: Le Gouvernement clarifie l'injection de capital à la Banque Económico

Luanda — Le ministre des Ressources minérales et du Pétrole, Diamantino Azevedo, a déclaré mardi que la participation accrue de Sonangol à la Banque Económico visait à respecter les directives de la Banque nationale d'Angola (BNA), en tant qu'organisme de réglementation.

Diamantino Azevedo, qui a tenu ces propos lors d'un point de presse en marge de la présentation du Programme de privatisation de l'Angola 2019-2022, a souligné que l'augmentation ne se ferait pas tout à la fois.

Il a précisé qu'après la réorganisation de cette banque, l'État se départirait de sa participation afin que Sonangol puisse se concentrer sur sa principale activité, qui a trait à la prospection, à la recherche et à l'exploration pétrolière.

D'autre part, Diamantino Azevedo a fait savoir que le Gouvernement avait décidé de privatiser partiellement Sonangol par le biais d'un appel public à l'épargne, dont le pourcentage exact sera déterminé tout au long du processus, après l'appréciation de la commission de privatisation et la décision du chef de l'Exécutif.

Il a souligné qu'une telle privatisation prévoit effectivement qu'une partie des actions soit attribuée aux travailleurs de la société et une autre aux abonnés.

Le ministre a encore dit que ce processus suivait ainsi le modèle idéal déjà appliqué dans d'autres entreprises de renommée internationale.

"Nous aurons une entreprise centrée sur son objectif à l'avenir. Elle sera plus efficace et contribuera à notre économie et améliorera la vie de nos employés", a-t-il admis.

Le programme de privatisation prévoit de privatiser un total de 80 entreprises en 2019, l'année prochaine 91, alors que 20 entreprises seront créées en 2021 et 4 seront privatisées en 2022, notamment la Sonangol.

Le calendrier prévoit que 4 entreprises de renom soient privatisées d'ici 2019, 18 d'ici 2020, 7 d'ici 2021 et 3 d'ici 2022.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.