Congo-Kinshasa: Lyrec - "La jeunesse n'est pas une excuse pour demeurer dans la passivité"

La journée mondiale de la jeunesse se commémore le 12 août de chaque année. A cet effet, la Ligue de jeunes pour la renaissance du Congo (Lyrec) a organisé une cérémonie en son siège, dans la commune de Kasa-Vubu.

Le coordonnateur- pays de cette plateforme, Justus Tshikona Kanapabu a, à cette occasion, lancé un appel et une forte mobilisation aux acteurs politiques, gouvernementaux ou non, aux acteurs économiques du secteur privé, investisseurs, partenaires et amis du développement de la RDC, à mettre en œuvre une politique publique sectorielle susceptible de booster l'émergence des droits des jeunes et leur autonomisation et épanouissement.

Et à la jeunesse de militer pour l'émergence de la bonne gouvernance, de la vraie démocratie, du respect et de la promotion des droits de l'homme ainsi que de l'amélioration des conditions de vie des congolais.

Prenant la parole, le coordonnateurpays, Justus Tshikona, a rappelé l'engagement de la communauté des nations du monde dans le processus inclusif et concerté de développement durable, centré autour de 17 objectifs tendant à satisfaire les besoins des générations actuelles. Ce, sans compromettre, ni réduire les possibilités de répondre à ceux des générations futures, soutenant l'idée que les jeunes doivent occuper une place de choix et jouer un rôle déterminant dans la dynamique de matérialisation des ODD car, dit-il, la jeunesse assure l'avenir.

Poursuivant sa déclaration, le coordonnateur- pays a, cependant, loué les jeunes qui ne cessent de faire preuve de patriotisme, de bravoure, de dynamisme, d'engagement, de prouesse dans divers domaines de la vie pour lesquels toute la nation est fière.

Appel aux politiques

Par ailleurs, un appel a été lancé aux acteurs politiques et gouvernementaux, d'initier et d'opérer, par une politique intégrée et participative, la réforme du secteur national de la jeunesse qui devrait être entamée par la convocation des états généraux de ce secteur, impliquant tous les acteurs ayant un intérêt et ou une influence sur ledit secteur. Ceci, afin que les recommandations qui y seront formulées servent efficacement et utilement à l'élaboration d'une politique sectorielle, multidisciplinaire, transversale, adéquate et adapté aux réels besoins des jeunes et dont la mise œuvre connaîtra l'adhésion de toutes les couches concernées.

Aux officiels et forces vives de la nation, le Coordonnateur Tshikona les mobilisent à jouer au mieux leurs rôles de surveillance, de contrôle, de mobilisation, de sensibilisation, d'interpellation et d'accompagnement pour exiger la prise des mesures courageuses et réformatrices, en faveur de la catégorie jeune comme cela est déjà le cas pour la participation politique et l'autonomisation de la femme dont les avancées sont à ce jour assez remarquables.

Ouverture aux investissements

Aux acteurs économiques du secteur privé et investisseurs, de se fonder, d'une part, sur les mécanismes du partenariat public-privé et, d'autre part, sur les idéaux de la responsabilité sociale des Entreprises pour apporter au Gouvernement l'appui nécessaire pour la réforme du secteur national de la jeunesse, et d'appuyer tout en promouvant les initiatives citoyennes, des jeunes dans leurs divers domaines d'actions, a-t-il martelé.

Les partenaires et amis du développement de la RDC, eux, sont invités à conditionner leur apport octroyé au gouvernement Congolais, dans le cadre de l'aide publique au développement, par la représentation des jeunes au sein des institutions de prise de décision. Mais, également, prendre en compte leurs besoins dans toutes les politiques à financer avant de les sensibiliser à s'engager. Enfin, à plaider pour l'accélération du processus de création et opérationnalisation d'un organe spécialisé des Nations Unies chargé de promouvoir les droits des jeunes au sein de toutes les Nations du monde « ONU-JEUNES ».

Aux jeunes, le coordonnateur s'est appesanti à démontrer que la jeunesse n'est ni une fin en soi, ni une position de victime, moins encore une excuse pour demeurer dans la passivité face aux défis du développement et au combat pour l'autonomisation. Donc, à la jeunesse de se mobiliser, comme un seul homme, pour exiger le changement tant souhaité des conditions de vie, dans une démarche de proposition de réformes et de collaboration avec les institutions du pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.