Congo-Kinshasa: [15 ans après les massacres] Gatumba - les victimes continuent à réclamer justice

13 août 2004-13 août 2019 ! Cela fait pratiquement 15 ans depuis que les massacres de Gatumba ont été perpétrés. A ce jour, aucune justice n'a été rendue. Après donc plusieurs années d'attentes, les victimes de ces actes barbares ont, au cours d'un culte d'action ce mardi 13 août, réclamer justice.

« Nous ne nous tairons jamais jusqu'à ce que justice soit rendue ! Plus jamais ça», peut-on lire sur les calicots. L'un des témoins oculaires de ces massacres, Me Azarias Ruberwa demande au gouvernement de la République Démocratique du Congo de travailler pour mettre fin à la haine ethnique, et travailler pour la paix et l'amour. «Lorsque nous voyons la façon dont des gens meurent de façon spécifique, à Yumbi, Bunia, Beni, au Kasaï, lorsque nous attendons un langage de haine ethnique au lendemain des élections, et souvent, dans les réseaux sociaux, je crois que nous ne pouvons que regretter. L'Etat congolais devrait travailler pour dire qu'il n'y a pas de places à la haine, il y a des places à l'amour et à la justice », a-t-il déclaré.

Les sangs des victimes des massacres de Gatumba crient justice. 15 ans après, aucune justice n'a été rendue. Pour commémorer le 15ème anniversaire de cette attaque, les victimes reviennent sur les faits pour dire « plus jamais ça ».

"15 ans après, c'est bien sûr la douleur qui n'est pas finie parce que perdre les siens n'est toujours pas une bonne chose. Il y a plus de 60 personnes tuées par machette et brûlés vifs, enfants, bébés, jeunes, vieillards, hommes et femmes. C'est une douleur qui demeure. Mais, c'est aussi un moment qui nous a permis d'avoir de l'espérance parce que l'espérance ne trompe pas. Le message le plus important, c'est le fait qu'en faisant le bilan, il n'y a pas eu du tout de justice, c'est notre plus grand regret. Nous avons passé 15 ans, les victimes en train d'espérer, la procédure engagée au Burundi va connaître le progrès, qu'il aurait des procédures de la Cour Pénale Internationale... mais rien n'est arrivé. Je crois que c'est important que justice soit faite. En même temps, c'est un sujet d'interpellation", a dit devant la presse, Me Azarias Ruberwa.

Visiblement très choqué, le Ministre d'Etat en charge de la décentralisation souligne que « le silence peut parler plus que les paroles. Il y a des moments où nous devons apprendre à nous taire. Que le gouvernement s'attèle à trouver des solutions par rapport au massacres. Le prochain gouvernement devra faire plus que les précédents à ce sujet ».

Pour Charles Mugiza, Président de la Communauté Banyamulenge pour la ville de Kinshasa, les massacres de Gatumba doivent être considérés comme un génocide. "Cette commémoration est une occasion pour nous de dire plus jamais ça. Nous ne cesserons jamais, alors jamais de réclamer justice sur les massacres de Gatumba. Nous profitons de cette occasion pour condamner des actes incitant à la haine ethnique. Par la même occasion, nous plaidons pour l'éradication des groupes armés en République démocratique du Congo. Nous saluons les actions déjà entreprises par les autorités du pays", a-t-il conclu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.