Sénégal: Cascade de rejets des nouvelles nominations du sgn du PDS - L'unilatéralisme Wade à l'epreuve

Officiellement, 4 responsables politiques du Parti démocratique sénégalais (Pds), à savoir Babacar Gaye, El Hadji Amadou Sall et autres, Cheikh Tidiane Seck et Amina Sakho, ont rejeté les nouvelles fonctions qui leur ont été attribués par leur Secrétaire général national (Sgn), Me Abdoulaye Wade, dans le nouveau Secrétariat national. Par ces refus, ces libéraux dénoncent clairement la décision prise par leur mentor de manière unilatérale, sans aucune consultation à la base.

«Tout ce que vous faites pour moi sans moi, vous le faites contre moi». Cette phrase qu'avait l'habitude de dire Mohandas Karamchand Gandhi, guide spirituel de l'Inde et du mouvement pour l'indépendance de ce pays, les responsables libéraux semblent se l'approprier au vu du rejet des postes qui leur ont été attribués par leur Secrétaire général national.

Au total, 4 responsables ont de manière officielle renvoyée à Me Wade les postes qu'il leur a donnés dans le nouveau Secrétariat national qu'il a mis en place.

La célérité avec laquelle le "Pape du Sopi" a formé le tout nouveau Secrétariat national, 24h seulement après l'avoir annoncé à ses militants par voie épistolaire, ainsi que les réponses qui lui ont été servies par correspondance et par voie de presse montrent à suffisance que l'ancien président sénégalais a pris une décision unilatérale, sans se référer aux avis des concernés. D'où le désintérêt total pour ce remaniement effectué.

En effet, chacun des responsables qui ont boudé les postes qui leur ont été attribué par Me Wade semble dénoncer le mode de fonctionnement du parti libéral.

Dans sa lettre postée sur Facebook, l'ancien Porte-parole du Pds, Babacar Gaye montre clairement que c'est par «voie de presse» qu'il a appris la décision de Me Wade de remanier le Secrétariat national du parti. Mieux, pour montrer qu'il n'a pas été associé à la prise de décision, il dit être «à l'attente de plus amples informations sur les motivations d'un tel chamboulement».

Par conséquent, il a demandé à se faire décharger de sa nouvelle fonction, celle de "Secrétaire national, président du Comité national permanent d'organisation".

Il en est de même pour l'ancien Porte-parole du Sgn, Me El Hadj Amadou Sall, nommé dans le nouveau Secrétariat national au poste de "Secrétaire National, chargé des Affaires Juridiques et des Relations avec les Institutions, Porte-parole du Secrétaire général national par Me Wade".

Pour montrer qu'il n'a pas été avisé avant, il dira dans la lettre adressée à son mentor, avoir pris connaissance de sa décision portant réaménagement du Sn du Pds.

Le constat de la contestation de l'unilatéralisme de l'ancien chef de l'Etat se remarque aussi dans la lettre que lui a envoyé la présidente du mouvement "Karim président", Amina Sakho.

En effet, le fait qu'elle dise à Me Wade qu'elle n'est pas à mesure «de remplir les charges liées à cette fonction», à savoir celle d'adjointe au secrétaire national chargée de l'emploi des jeunes, renseigne que le "Pape du Sopi" ne lui avait pas consulté en amont.

Quid du patron des Cadres libéraux, Cheikh Tidiane Seck qui a lui aussi rejeté la décision de Me Abdoulaye Wade ?

Le Président de la Fédération nationale des cadres libéraux s'est carrément démarqué de la décision prise par Me Wade, même s'il admet que «le Président Abdoulaye Wade est statutairement le patron du parti.

Après sa décision, on se soumet ou on se démet». Il a ainsi fait savoir qu'il n'est pas d'accord sur «cette manière de réorganiser le parti», non sans indiquer qu'il s'attend «à une profonde réforme structurelle du parti réclamée par tous et à un choix judicieux des hommes qui doivent conduire les destinées du nouveau Pds». Montrant ainsi qu'il n'a pas été consulté pour ce remaniement.

Autant de sorties contre la décision du président Wade qui montrent à suffisance que le "Pape du Sopi" a pris de manière unilatérale la décision de remanier son Secrétariat national, laissant sa formation politique dans un malaise indescriptible, même si ces leaders politiques qui ont rejeté les postes ont presque tous réaffirmé leur ancrage dans le Pds.

REMOUS AU PDS APRES LES NOMMINATIONS DE ME ABDOULAYE WADE : Alinard Ndiaye rejette l'offre de Me Wade

Une autre défection dans les rangs du Parti démocratique sénégalais (Pds), après le remaniement effectué par le Secrétaire général national du parti, Me Abdoulaye Wade.

Après Babacar Gaye, Me El Hadj Amadou Sall, Amina Sakho et Cheikh Tidiane Seck, c'est au tour du Secrétaire national en charge du secteur privé et du patronat, Alinard Ndiaye de cracher sur le poste qui lui a confié Me Wade.

Dans la lettre rendue publique, Alinard Ndiaye accuse le fils de Wade, Karim Wade d'être derrière ces nominations. Il accuse Karim Wade d'être «l'unique et le principal responsable de ce choix qui traduit un mépris inqualifiable en mon endroit».

Allant même plus loin, il prend la décision de tourner le dos à Karim Wade et de cesser d'être "Karimiste".

Tout en réaffirmant son ancrage au Pds, il dit s'inscrire «désormais dans une dynamique radicale de combattre la gestion familiale, népotique et clanique de notre parti ainsi que la promotion d'incompétents et de personnes douteuses».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.