Cameroun: Douala - Atanga Nji appelle à plus de vigilance

Sur instructions du président de la République, le ministre de l'Administration territoriale a présidé une importante réunion de sécurité vendredi dernier, en présence des responsables administratifs et de maintien de l'ordre.

C'est la salle des conférences des Services du gouverneur de la région du Littoral qui a servi de cadre vendredi dernier à l'importante rencontre de sécurité présidée par le ministre de l'Administration territoriale. Autour de Paul Atanga Nji, l'on notait la présence du gouverneur Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, du préfet du Wouri, Joseph Mache, des six sous-préfets de ce département et des responsables des forces de défense et de sécurité. Au menu de cette rencontre de près de deux heures, la situation sécuritaire de la capitale économique dont le ministre de l'Administration territoriale n'a pas manqué de rappeler l'importance. Pour Paul Atanga Nji, « la situation reste sous contrôle. Mais des défis sécuritaires demeurent.

Ceux-ci appellent à redoubler de vigilance », a souligné le Minat au cours du propos liminaire d'une rencontre dont l'essentiel s'est déroulé à huis clos. Il a transmis les félicitations du président de la République aux autorités administratives et de maintien de l'ordre pour la qualité du travail qui est abattu dans la ville. Toutefois, a rappelé Paul Atanga Nji, il faut maintenir une synergie d'actions entre les différentes composantes chargées de maintenir l'ordre et la sécurité, car quelques défis restent à relever.

Ceux-ci ont pour noms : les agressions dans les transports urbains, les braquages des établissements de microfinances, les vols à la tire... Dans la suite de son propos, Paul Atanga Nji a tenu à interpeller trois acteurs sociaux dans l'exercice de leurs activités. D'abord les partis politiques. Il les a invités à exercer leurs activités dans le strict respect de la loi. « Nous avons un Etat, nous avons une nation. Il est dans l'intérêt de tous de travailler pour ce pays », a martelé Paul Atanga Nji qui a souligné que tous ceux qui vont se mettre en marge de la légalité, devront en subir les conséquences. Ensuite, le Minat s'est adressé aux organisations non gouvernementales.

« Beaucoup parmi elles dépassent le cadre légal de leur cahier de charges et tiennent de plus en plus par des actions à même de ternir le bon fonctionnement des institutions. Cela doit cesser » a-t-il fait savoir. Enfin, les médias. Aux responsables de ces structures, il a rappelé leur rôle social. « L'attention du gouvernement a été attirée sur l'attitude séditieuse de certaines chaînes de radio et de télévision. Cela ne pourra pas continuer, et il est temps de rectifier le tir », a averti Paul Atanga Nji qui a appelé la presse à faire un travail responsable. « La construction du Cameroun nous concerne tous », a-t-il conclu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.