Cameroun: Ni John Fru Ndi demande aux separatistes de mettre fin au banditisme.

Le fameux article 8.2 a fait une nouvelle victime dans le Social Democratic Front (SDF). Cependant que les separatistes sont mis à rude épreuve.

Est-ce une nouvelle campagne d'épuration au sein du Sdf ? Le journal Ouest Echos, paraissant à Bafoussam a donné un coup de pied dans la fourmilière. A la limite du tendancieux. SDF : « Le Chairman chasse l'ancienne SG du parti ». On connait la fameuse disposition 8.2 qui plane comme une épée de Damoclès sur tous les militants du parti. Actionnée par le chairman, elle a encore fait une victime « Elisabeth Tamadjong victime du 8.2 au Sdf ». Le journal est allé un peu loin, avec un ton polémiste « La purge concerne plusieurs femmes au rang desquelles l'épouse de Etienne Sonkin, l'ex homme fort du Sdf à l'Ouest »

Dans le même ordre, au cours des travaux du comité Exécutif National du parti qui ont eu lieu le week-end dernier à Douala, le ton a été dur. Le SDF a dénonce le banditisme qui entoure la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Le Journal Repères est revenu sur cette Crise anglophone qui perdure par cette demande forte. Le « SDF demande aux séparatistes de mettre fin au banditisme armé». Pour le journal, Cette mesure devrait permettre une rentrée scolaire effective en septembre dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest. Le SDF se dit ainsi favorable au retour des élèves dans les écoles dès la rentrée de septembre prochain. Ce qu'appelle d'ailleurs de tous ses vœux, la classe politique nationale.

Cependant qu'au niveau international, les Irrédentismes dans le Nord-Ouest et le Sud-ouest restent une préoccupation majeure. A l'Organisation des Nations Unies (ONU), on a pris le sujet au serieux. Des enquêtes ont été menées pour établir les responsabilités sur les désastres que subissent les populations dans cette zone. Le journal Repères informe de ce que « l'ONU désavoue les Ambazoniens». De fait, Le Conseil des droits de l'homme des Nations unies vient de mettre un terme à l'examen d'une requête d'une association de sécessionnistes qui devait ouvrir la voie à une intervention étrangère au Cameroun. Pour le journal, il s'agit d'Un autre désaveu pour les partisans de la séparatiste du Cameroun. Cette autre victoire diplomatico-juridique du gouvernement camerounais est le fruit d'un travail de sape.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.