Cameroun: Des prisonniers politiques en danger de mort

Plusieurs Prisonniers politiques sont en danger de mort au Kosovo à Kondengui, la prison centrale de Yaoundé la capitale, plus précisément au quartier 8, local 91.

C'est l'ancien local qu'occupait le journaliste Paul CHOUTA avant sa mutation pour la prison principale.

En effet, dans ce local il y a 18 mandats (Le mandat c'est ce qui sert lieu de couchette), et en date du vendredi 9 août, une plainte signée par 15 mandataires (détenus disposants d'un mandat) a été déposée auprès des autorités compétentes de l'administration pénitentiaire contre le Chef Du Local le nommé OBAM THIERRY pour les motifs d'escroquerie, de nuisance sonores, de chantage et de menaces.

En ce qui concerne le motif d'escroquerie, OBAM THIERRY qui est lui même un détenu vend le mandat sensé être gratuit aux prisonniers politiques jusqu'au prix de 45000. il a empoché environ 450,000 dans ces opérations de vente de mandats.

En ce qui concerne le Chantage, le Chef Local Obam Thierry a organisé plusieurs coups pour extorquer De l'argent aux détenus politiques en les menaçant de les dénoncer comme ayant pris part à la mutinerie du lundi 22 juillet à la prison de Kondengui.

Pris de peur, car en cas de dénonciations, les prisonniers politiques particulièrement ciblées étaient immédiatement arrêtés même s'ils sont Innocents et déportées au SED dont chacun connaît déjà les tortures qui y sont opérés. Dans cette opération de chantage Il a empoché environ 150,000 FCFA.

En ce qui concerne les menaces, il faut noter que les prisonniers politiques (les ambazoniens, les prisonniers du chassement et les prisonniers du MRC) ont dépensé pour améliorer le standing du local qui se présente désormais comme l'un des plus beaux locaux du Kosovo.

Le Chef local OBAM THIERRY est un mangeur de vipère, il a essayé de manger la vipère dans le local et les prisonniers politiques s'y sont opposés et depuis lors, il menace de les faire muter dans d'autres locaux insalubres et surtout dans les locaux où il ya des mangeurs de vipère comme lui. NB l'expression «manger la vipère» est le terme localement utilisé pour désigner le fait de «ramasser la balle».

En ce qui concerne la nuisance sonore, il faut noter que Obam Thierry a transformé le local en une boîte de nuit en mettant la musique à un degré élevé chaque fois qu'il veut jouer la musique avec sa chaîne musicale, ce qui empêche à tout localiste de pouvoir échanger avec un autre même étant assis cote à cote.

Après avoir donc déposé cette plainte en date du vendredi 9 août, le Chef local, Obam Thierry informé, a décidé de pourrir la vie aux prisonniers politiques. Il les menace désormais de mort, de sodomie tout en leur précisant qu'il est le neveu de OVALE ZE, Directeur Adjoint de l'administration pénitentiaire et donc il dispose de tous les moyens pour nuire à leur vie.

Suite à ces nouvelles menaces, les prisonniers politiques ont déposé une deuxième plainte cette fois au Régisseur avec copie aux avocats pour menaces de mort et de sodomie.

Ce qui est étonnant c'est que jusqu'ici l'administration n'a pas encore pris une décision pour muter ce trouble-fête dans un autre local. Au contraire ce super détenu semble être soutenu par l'administration qui selon certaines indiscrétions veut plutôt muter les prisonniers dans d'autres locaux insalubres du Kosovo et laisser Obam Thierry alors même que les prisonniers politiques ont énormément dépensé pour arranger le local.

Il faut signifier pour finir qu'après le dépôt de la plainte vendredi le 9 août, Obam Thierry a fait venir les gardiens de prison dans le local samedi 10 août à 4h du matin pour une fouille générale.

La fouille a été faite dans tous les mandats sauf le sien. Tous les téléphones qui permettaient aux prisonniers de rester en contact avec leur famille ont été saisis mais Obam Thierry dispose Toujours de son téléphone qui puis est androïde et l'utilise sans être inquiété.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Africa Info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.