Cote d'Ivoire: DJ Arafat - Parcours d'un grand artiste

Fils de Tina Glamour, une artiste chanteuse (aussi appelée Tina Spencer) et de Pierre Huon « Wompi», Ange Didier Huon est né le 26 janvier 1986.

Dans les débuts du mouvement coupé-décalé, le DJ officiant dans l'un des plus grands maquis abidjanais, le Shangaï, est repéré par le jeune producteur Roland Le Binguiste, qui l'emmène en studio.

C'est ainsi qu'il sort une œuvre discographique qui le révèle au grand public grâce au morceau Hommage à Jonathan en 2003, dont une partie du clip a été réalisé au Parc des Sports de Treichville avec la présence de Douk Saga et Mulukuku DJ.

Très jeune, Didier Houon avait beaucoup d'amis libanais à Abidjan, qui le surnommaient Yasser Arafat, l'ancien dirigeant du Fatah et de l'Organisation de libération de la Palestine. Il décide de faire de ce surnom son nom de scène.

En 2005, il sort un 2e album intitulé « Femmes », puis un autre en collaboration avec Meiway en 2006 et un single intitulé « Abidjan-Paris » en duo avec Christy-B en 2007.

Que de tubes à succès

Après deux ans et demi d'absence de la scène ivoirienne, il signe son retour en duo avec Débordo Leekunfa. En duo avec cette autre célébrité du coupé-décalé, il sort un nouvel opus qui promeut une danse appelée le Kpangor en 2008.

Le concept et les singles qui s'ensuivent deviennent des succès sur le continent africain, du Gabon au Burkina Faso en passant par le Cameroun. Des tubes naissent dans un bref laps de temps : « Kpangor », « Confirmation Kpangor », « Lebede 2 », « 25 25 Arachide », « Bouddha ».

Ces tubes s'imposent très vite et arrivent en tête des classements hits ouest-africains. Entre-temps, il sort des freestyles ou encore des attalakus qui rencontrent un tel succès qu'après leurs sorties, toutes les dix minutes en moyenne, un média musical ou un maquis les diffusait.

Il s'agit de « Spot 2009 » (août 2009), « le spécial Stéphane Sessègnon et Marie-Claude Sessegnon » (été 2009 en duo avec Debordeaux Leekunfa), « Interdit aux moins de 30 ans » (septembre 2009), « Retour en clash» (octobre 2009) et « Cadeau de fin d'année » (décembre 2009).

Pour ses prestations scéniques, il engage trois célèbres et talentueux danseurs dénommés Magicien, Ordinateur et Bébé sans os.

Il participe au single à succès African tonik avec Mokobé, Mohamed Lamine et Mory Kanté, la chanson promo devient le Tube de l'été en France.

La même année 2008, pour soutenir le single, il met sur le marché « Cadeau du siècle », un mélange de RnB contemporain et de coupé-décalé. Fan de Yôrôbô, le footballeur Samuel Eto'o lui offre une montre de 80 000 € et une voiture de marque BMW en juillet 2009.

Roi du coupé-décalé

Depuis la sortie de son premier hit en hommage à DJ Jonathan, Arafat DJ est devenu le chanteur le plus populaire du pays.

Chacun des singles sortis depuis a rencontré un grand succès. Le Yôrôbô prouve encore une fois que sa source d'inspiration était intarissable. Le single Gladiator est mis sur le marché le 16 décembre 2009 et l'album le 19 juin 2010 incluant les morceaux Zôrôpôtô I et II.

Le 13 août 2010, il devient le premier artiste DJ du coupé-décalé à faire un concert en solo dans la plus grande salle de Côte d'Ivoire qui est le Palais de la Culture d'Abidjan. Depuis 2011, il remplit le Palais de la Culture d'Abidjan chaque 26 décembre.

Souvent très controversé, Arafat Dj a toujours été au cœur des frasques et scandales, surtout entre collègues artistes du monde du coupé-décalé. Il a ainsi eu de nombreux clashs avec Débordo Leekunfa, Francky Dicaprio, Magicien, Serge Beynaud, Ariel Sheney...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.