Cameroun: Les jeunes et les femmes sont là

Comme on peut l'imaginer, les jeunes et les femmes scrutent chaque acte posé par le président de la République ces derniers temps. En particulier, depuis l'engagement solennel pris par Paul Biya à l'endroit de ses jeunes compatriotes et de la gent féminine le 6 novembre 2018, lors de sa prestation de serment à Yaoundé pour un nouveau mandat de sept ans à la tête de l'Etat.

« M'adressant maintenant à mes jeunes compatriotes, je voudrais vous dire de ne pas perdre espoir, j'ai compris votre aspiration profonde à des changements qui vous ouvrent les portes de l'avenir et permettent votre plein épanouissement. J'ai tout aussi compris votre désir de mieux participer à la prise des décisions qui engagent l'avenir de notre pays. J'en tiendrai compte en ayant à l'esprit que le Cameroun de demain se fera avec vous », leur avait-il promis. Ajoutant que pour apporter au plus grand nombre une véritable égalité de chance, « je persisterai à consacrer tous mes efforts à promouvoir le rôle des femmes dans notre société et à faciliter l'intégration sociale des jeunes ». Puis, le 31 décembre 2018, dans son message à la Nation, à l'occasion de la fin d'année 2018 et du Nouvel an 2019, Paul Biya déclarait que « nous continuerons à promouvoir le rôle des femmes et des jeunes dans notre société ».

A l'observation, le chef de l'Etat tient sa promesse puisque les jeunes et les femmes ont leur place dans le gouvernement qu'il a réaménagé le 4 janvier 2019. En ce qui concerne les femmes, elles sont deux à faire partie de la nouvelle équipe. Mme Courtès née Keutcha Célestine, qui est le ministre de l'Habitat et du Développement urbain, et Mme Kilo Vivian Asheri, nommée secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education de base. Mathématiquement, elles remplacent les deux femmes qui ont quitté le gouvernement, à savoir Jacqueline Koung à Bessike qui était ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières, et Mme Youssouf née Adidja Alim qui officiait au ministère de l'Education de base.

Pour ce qui est des jeunes, notamment des personnes âgées de moins de 50 ans, elles sont trois à avoir été promues par le président de la République. Il s'agit du ministre des Mines, de l'Industrie et du Développement technologique, Dodo Ndoké Gabriel, né le 13 novembre 1971 (48 ans cette année); du ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, né le 8 août 1973 (46 ans cette année) ; et du ministre délégué auprès du ministre des Transports, Njoya Zakariaou, né le 5 juin 1970 (49 ans cette année). Avant eux, il y a eu Galax Yves Landry Etoga, promu le 2 mars 2018 au poste de secrétaire d'Etat auprès du MINDEF chargé de la Gendarmerie nationale alors qu'il n'avait que 43 ans.

Ces promotions s'ajoutent aux récentes nominations de jeunes et de femmes à la tête d'établissements et d'entreprises du secteur public et parapublic. Le cas le plus éloquent a été la nomination, le 14 décembre 2018, par décret présidentiel, de Soumbou Angoula Bertrand Pierre au poste de directeur général de l'Ecole nationale d'administration et de magistrature (ENAM). Ce dernier, âgé de moins quarante ans, a désormais la charge de piloter la formation d'une partie importante de la future élite dirigeante du Cameroun. Dans la foulée, deux femmes avaient été propulsées au devant de la scène, à la faveur de la nomination par le chef de l'Etat, toujours le 14 décembre 2018, de Mme Judith Yah Sunday, épouse Achidi, à la tête de la société Cameroon Telecommunications (CAMTEL).

Ainsi que de la désignation, toujours le 14 décembre dernier par le Conseil d'administration, de Mme Moampea Mbio, née Manzoua Véronique, comme directeur général de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP). Ces deux dernières promotions, fruits de la volonté de Paul Biya, retiennent d'autant plus l'attention que les femmes concernées héritent des postes qui étaient jusque-là comme la chasse gardée des hommes dans deux grandes entreprises dont le caractère stratégique n'est plus à démontrer. Aux jeunes et aux femmes à qui le chef de l'Etat a fait confiance de montrer, par leur ardeur au travail, leur patriotisme, leur sens de l'intérêt général et leur ingéniosité, qu'ils sont à la hauteur des défis à relever dans leurs différents domaines de compétence.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.