Burkina Faso: Saccage de la mine d'or de Youga - Des dégâts estimés à 3 milliards de FCFA

Des camions calcinés, des maisons saccagées et bien d'autres biens matériels partis en fumée. C'est le triste paysage qu'offre la mine de Youga après le passage des « orpailleurs » en colère qui ont voulu se faire justice après le décès d'un des leurs. Les responsables de la société aurifère évaluent les dégâts à environ 3 milliards de FCFA.

Sale temps pour les sociétés minières ! Ces dernières années, elles sont constamment la cible d'une population locale en colère qui n'hésite pas à mettre le feu aux installations.

La dernière victime en date est la mine d'or de Youga (province du Boulgou), qui a vu une bonne partie de ses installations fondre après qu'un groupe d'individus qui auraient été conduits par des orpailleurs y ont mis le feu dans la matinée du 8 août.

Les mécontents, n'ont laissé que ruines et désolation après leur passage. Les dumpers, des grues, des véhicules se sont transformés en amas de ferraille. Le bloc restaurant-cuisine, les dortoirs ont été carbonisés.

L'intégrité physique des agents de la sécurité a aussi été atteinte. Selon nos informations, le chef de sécurité adjoint, grièvement blessé, est hospitalisé dans une clinique à Ouagadougou. La liste des dégâts après le jeudi noir est bien longue.

Au bas mot, les pertes sont évaluées à 5 millions de dollars américains, soit près de 3 milliards de FCFA. Autre conséquence de la chaude matinée, l'arrêt des activités de la mine qui a occasionné d'importantes pertes financières.

De plus,les œuvres sociales qu'elle réalisait au profit des populations locales sont également suspendues. « Le saccage met la mine dans une situation difficile », a déploré le responsable des relations communautaires.

Il explique, triste, que le saccage se révèle un véritable coup de massue qui va davantage plomber les activités de la mine de Youga, elle qui retrouvait peu à peu son souffle après les difficultés financières qu'elle a connues.

Malgré les pertes colossales subies, la mine est dans une dynamique d'apaisement. Ainsi le 9 août, soit le lendemain du saccage, ses responsables sont promptement allés présenter leurs condoléances à la famille éplorée de l'orpailleur qui a malheureusement perdu la vie dans la tragique nuit du 8 août.

Ils ont également rencontré les autorités coutumières, administratives et communales locales pour requérir leur accompagnement en vue de l'apaisement de la situation.

Qu'est-ce qui a provoqué cet échauffement des esprits ? Tout a commencé dans la nuit du 7 au 8 août. Des explications qui nous ont été rapportées, il ressort que des orpailleurs se seraient introduits dans le périmètre de la mine à la recherche du métal jaune.

Deux agents de sécurité de la mine seraient intervenus pour s'y opposer, devenant ainsi la cible des orpailleurs. Des échauffourées s'en seraient suivis un agent de sécurité aurait été molesté et grièvement blessé.

Dans la foulée, un coup part, atteint malencontreusement un orpailleur qui est par la suite évacué au centre hospitalier de Zabré. Malheureusement, il décède au cours de la nuit. Le matin, la dépouille mortelle est transportée sur la mine par une population en colère.

Ce sont les orpailleurs, raconte-t-on, qui sont à la base de l'incendie des locaux. Le responsable des relations communautaires a donc souhaité que l'Etat burkinabè continue d'accompagner les sociétés minières dans la lutte contre l'orpaillage illégal.

Les évènements malheureux sont en réalité la conséquence visible d'une longue mésentente entre la mine de Youga et les orpailleurs.

Ceux-ci sont accusés de s'introduire fréquemment dans le périmètre de la société aurifère. Et toutes les tentatives de raisonnement sont restées vaines, à en croire les responsables de la mine.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.