Nigeria: Le pays réduit ses importations de denrées alimentaires

President Muhammadu Buhari.

Le président Muhammadou Buhari ordonne de bloquer les demandes de devises étrangères pour les importateurs de produits alimentaires. Mais cette mesure risque d'être contournée par les commerçants.

Les produits alimentaires tels que le lait et le riz sont parmi les produits ciblés par la décision du président Muhammadou Buhari. Désormais, leur importation sera plus compliquée puisque la Banque centrale nigériane n'accordera plus de devises aux importateurs de produits alimentaires.

L'ordonnance du chef de l'Etat intervient deux semaines après une annonce similaire du gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, Godwin Emefiele.

Les hommes d'affaires nigérians n'accueillent bien entendu pas cette mesure avec enthousiasme et ils ne cachent pas que cette décision pourrait alimenter le marché noir. Prince Will, homme d'affaire nigérian :

"Ce n'est pas vraiment un challenge si vous avez des contacts internationaux ou votre propre réseau, cela va plutôt augmenter le prix des denrées importées sur le marché alors que la demande va augmenter. Je dirais qu'au Nigeria nous avons plus de 180 millions d'habitants. 60 millions de personnes dépendent des produits importés et environ 200 personnes s'occupent de cette importation. A cause du blocage du gouvernement fédéral, il pourrait rester 40 personnes sur les 200 pour servir 60 millions de personnes. Cela fera donc plus d'argent pour 40 personnes parce qu'ils feront alors le travail de 200."

Quelles conséquences pour l'économie nigériane ?

Mais cette mesure est bien accueillie par Ariel Nitedem, économiste spécialiste des finances publiques et enseignant à l'Université de Yaoundé II.

"Cette décision est bénéfique à l'économie nigériane. Elle permet de limiter la sortie des devises, en les utilisant uniquement pour les choses qu'on ne peut pas fabriquer localement, ou des produits qui sont hautement stratégique pour l'économie, ce qui permet de promouvoir le 'Made in Nigeria'. En faisant la promotion du Made in Nigeria, c'est aussi la promotion de la création d'emplois. C'est un geste salutaire pour un leader africain."

Le président Muhammadou Buhari a lui-même annoncé qu'il souhaite ainsi réduire la dépendance de son pays vis-à-vis des produits alimentaires importés et de diversifier l'économie.

Le Nigeria est le premier producteur africain de pétrole qui compte pour environ 90 % de ses opérations de change. C'est aussi la première puissance économique du continent, avec plus de 191 millions d'habitants. Le blocage des demandes de devises pour l'importation des produits alimentaires fait redouter une hausse de l'inflation et suscite des critiques contre la Banque centrale du Nigeria, à qui on reproche son manque d'indépendance vis-à-vis du pouvoir politique fédéral.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.