Congo-Kinshasa: Accusé de corruption par deux ONG - Maker Mwangu rejette en bloc toutes les allégations

En vue de matérialiser la vision du chef de l'Etat en ce qui concerne la lutte contre la corruption, le Réseau des parlementaires africains contre la corruption (APNAC) et la ligue congolaise de lutte contre la corruption (LICOCO), accusent certaines personnalités et mandataires de l'Etat, ayant travaillé avec l'ancien régime de Kabila. Maker Mwangu, ancien Ministre de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel entre 2007 et 2016, victime des accusations liées à la corruption, n'a pas tardé à réagir, en balayant toutes ces accusations émanant de ces deux ONG.

Au cours d'une campagne anti-corruption, lancée récemment par l'APNAC et la LICOCO qui se sont mobilisées autour du thème : « ceux qui doivent justifier l'utilisation des fonds alloués aux projets financés par l'Etat congolais», ces deux structures sont montées au créneau pour dénoncer quelques personnalités politiques de l'ancien régime, accusées d'avoir détourné les fonds alloués aux projets financés par l'Etat congolais. A la grande surprise générale, elles ont rendu public une liste de gestionnaires de la Res publica ayant travaillé dans différents gouvernements sous l'ère Kabila où l'on a retrouvé le nom de l'ex-Ministre de l'EPSP, Maker Mwangu. Ce dernier est accusé d'avoir détourné une somme de 198 millions de dollars américains devant contribuer au projet de construction de 1000 écoles par an et à qui les explications sont exigées.

Surpris de ces révélations, aussitôt, l'ancien Ministre de l'EPSP a réagi à travers une Interview accordée à un média national. Pour lui, avant de tenir des tels propos à l'endroit de certaines personnalités, l'APNAC et la LICOCO doivent passer par des investigations approfondies et surtout se procurer des preuves tangibles. D'où, grand est son regret. Dans le cas d'espèce, le projet portant construction de 1000 écoles était un objectif à atteindre, ce qui dépendait du financement disponible.

Cependant, il signale quand même des efforts significatifs menés ayant permis à ériger 700 établissements scolaires. Il souligne que l'objectif à atteindre n'est pas à confondre avec ce qui est réellement exécuté suite à certaines contraintes d'origine financière. Il justifie ses actions par le fait que, sur le terrain, la réalité a été évidente, contrairement aux allégations que profanent ces ONG, qui disent ne pas voir clair sur cet aspect social. Maker Mwangu affirme qu'à l'époque, pendant qu'il exerçait ses fonctions ministérielles, il n'était dans ses prérogatives de décaisser des fonds et de les affecter, d'autant plus qu'il fallait attendre l'aval du Gouvernement pour financer les travaux, mais aussi la contribution des partenaires.

A titre de rappel, les dépenses liées à ce projet suivaient la chaine dépense en vigueur en RDC à travers les finances et budget dans sa mise en œuvre, et également combien il a été important l'apport des organisations nationales et internationales qui ont suivi au quotidien l'avancement dudit projet avec la participation de la "Caritas et World Vision". Afin de compte, le Ministre Honoraire dit comprendre l'intention de l'APNAC et la LICOCO, qui est celui de nuire à sa personne, profitant en ce moment si crucial de la formation du prochain Gouvernement Ilunga Ilunkamba en vue de l'écarter. Etant fier de son parcours, Maker Mwangu confirme tous les efforts réalisés pendant sa gestion. Par contre, il appelle ces organisations à l'ordre et au sérieux dans leur dire surtout dans les affaires sensibles mettant en mal l'image de la personne au risque que des telles allégations fassent objet de poursuites judiciaires.

D'emblée, il sied de noter que la liste de personnalités ciblées n'est pas exhaustive.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.