Congo-Kinshasa: Suspendus du Palu, Jean-François SEBINWA apporte son soutien aux Honorables LOKONDO et MUTIRI

analyse

Analyste politique et ex-candidat de PARECO-PAP aux élections législatives, Jean-François SEBINWA apporte son soutien aux honorables Thomas Lokondo et Mutiri. En même temps, il s'insurge contre M. Gizenga Lugi, président du regroupement politique Palu et Alliés qui, se référant à sa lettre datée du 13 août 2019, a signifié aux honorables précités, de leur suspension au dit regroupement. Et ce, pour une durée indéterminée. Une suspension qui serait motivée par leur comportement qui porterait atteinte à la loyauté envers l'autorité morale du regroupement pour la simple et bonne raison que les intéressés auraient contesté la liste de ministrables dressée par le Palu, laquelle liste ne comporterait que des membres de l'obédience du chef de regroupement Palu et Alliés.

Ci-dessous, le décryptage de la pensée de Jean-François Sebinwa, dans son intégralité.

Sans rentrer dans les détails de la procédure, on peut se demander sérieusement si la sanction ne vise pas tout simplement à limiter la liberté d'expression de la « minorité » des partis du regroupement en face du « gros » parti que serait le PALU, et de réprimer toute divergence de vue, assimilée rapidement à de la dissidence.

Le peuple congolais commence hélas à s'habituer à cette forme de dictature de la majorité, aussi bien au sein des partis qu'au parlement. Penser autrement que « le chef », ou le courant dominant, serait presque un crime de lèse-majesté. Il paraît que c'est ça la démocratie ! Pour ma part, je considère que ces deux députés n'ont eu que le tort d'avoir une vision différente de celle du Président de leur regroupement en ce qui concerne le partage des postes ministériels. Le débat aurait dû se poursuivre en interne sans qu'il y ait lieu de se lancer des anathèmes.

Cet abus de la position dominante réside, selon moi, dans la manière dont ce regroupement, comme beaucoup d'autres, s'est constitué à la veille des élections. On a cherché à marier la carpe et le lapin, c'est-à-dire un poisson et un mammifère, en occultant le fait que cette union ne peut produire aucun résultat. On a tout simplement conclu un contrat de dupes. Le « petit » cherchait désespérément à atteindre le seuil lui permettant de se présenter aux élections, pendant que le « gros » se réjouissait secrètement à l'avance de la possibilité de le cannibaliser.

Toutes choses restant égales par ailleurs, la même duperie s'observe au sein du FCC, et à l'intérieur de ce dernier. C'est le PPRD qui pourrait avaler ses satellites. La chronique politique de ces derniers mois illustre suffisamment.

Devant cette situation, il serait tentant pour les « frustrés » du FCC de chercher à faire bloc. Si j'étais concerné, c'est-à-dire à la place des Honorables Lokondo et Mutiri, je serai tenté d'opérer un rapprochement avec l'Honorable Bahati Lukwebo, l'autre grand frustré de l'absence de démocratie interne au sein du FCC. Ce rapprochement ne manquerait pas d'attirer beaucoup de partis qui s'estiment non pris suffisamment en compte lors des prises de décisions importantes. Ce mouvement donnerait naissance alors à une troisième force qui devrait s'interposer entre le CACH et ce qui resterait du FCC.

Le but serait de faire échec au plan concocté par les tenants du statuquo et d'œuvrer pour le véritable changement auquel toute la population aspire. Je pense qu'une véritable consultation au sein de l'Assemblée Nationale, alliée à la liberté de vote dont dispose chaque député permettrait de dégager une majorité plus à l'image de la volonté populaire que la majorité affichée actuellement. Je serai prêt à parier que cette consultation finira par avoir lieu, d'une manière ou d'une autre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.