Cameroun: CAN 2019 - Un rendez-vous à capitaliser

Dans le discours inaugural de son nouveau septennat, le président Biya a invité ses compatriotes à apporter au secteur sportif le soutien qu'il mérite. Il faut voir en cela une exhortation supplémentaire quand on connaît l'engouement des Camerounais pour le sport, toutes disciplines confondues. Depuis quelques années, le gouvernement est tout aussi engagé sur les chantiers de développement et de modernisation des infrastructures sportives.

Pour accueillir par exemple la prochaine Coupe d'Afrique des nations (CAN 2019), le pays est en train de se doter de nombreuses infrastructures qu'il va falloir exploiter à bon escient pour une meilleure rentabilité.

C'est connu de tous : l'accueil des grands événements sportifs exige d'énormes ressources financières. C'est vrai pour les Jeux olympiques, la Coupe du monde de football, l'Euro et la Coupe d'Afrique des nations. En toute logique, ce sont les infrastructures sportives, routières, hôtelières, sanitaires, sécuritaires ou autres, qui absorbent la majeure partie des dépenses engagées. Pour que les investissements colossaux mobilisés pour accueillir la CAN 2019 « reçoivent leur juste récompense » selon le vœu du chef de l'Etat, il va falloir relever au moins un triple défi.

D'abord celui de la mobilisation populaire. Le suc cès d'un événement majeur ainsi que sa notoriété au-delà des frontières dépendent aussi de l'affluence. Des gradins bien garnis et animés lors d'un match ont un effet galvaniseur pour les équipes comme pour les officiels. Qui dit affluence dit aussi vente des tickets d'accès, fréquentation des hôtels et restaurants, avec des recettes qui s'en suivent. Sur ce plan, la CAN féminine 2016 avait déjà envoyé des signaux positifs concernant l'engouement du grand public.

Sur la même lancée, la CAN 2019 pourrait constituer une sorte d'apothéose en matière d'accueil et de mobilisation. L'autre défi à remporter est lié à la performance attendue de l'équipe nationale de football. Si le Cameroun a consenti d'énormes efforts pour abriter la grande fête du football africain, c'est pour obtenir la victoire finale et conserver le trophée à la maison.

Tous les moyens doivent être mises en œuvre pour cet objectif primordial. On comprend mieux dès lors le sens de «la juste récompense » attendue par tout un peuple le moment venu. Le troisième défi est d'ordre économique et concerne aussi bien l'Etat que le secteur privé. Les opérateurs économiques qui ont beaucoup investi dans plusieurs projets, tout comme les villes d'accueil, attendent de jouir des multiples retombés en termes de recettes, de création d'emplois, de qualité de vie, etc. Qu'en est-il de l'exploitation des gadgets et autres produits dérivés ? Mystère total pour l'instant.

L'après-CAN est tout aussi problé matique. Des centaines de milliards ont été dépensés pour l'organisation d'une compétition d'une durée d'un mois. Ce délai étant trop court pour obtenir un retour sur l'investissement, il va falloir élaborer des stratégies pour mieux entretenir et rentabiliser par la suite les installations sportives ou autres. Des opportunités ne manquent pas, qu'il s'agisse des matchs de gala, des concerts, des foires-expositions, du tourisme, etc.

S'agissant de l'Etat, même s'il peut sembler difficile de justifier la rentabilité immédiate d'un investissement d'intérêt général à l'aune des critères de marché, on ne saurait mettre par pertes et profits des gros investissements qui ont saigné le Trésor public. D'où la nécessité de réfléchir dès à présent à l'après-compétition.

Comment faire en sorte que les grands stades, les hôtels, les centres commerciaux et hospitaliers continuent de fonctionner et d'être rentables ? Ce questionnement vaut pour d'autres installations sportives comme le Palais des Sports de Yaoundé. Si on considère les infrastructures comme une contrepartie, voire un héritage d'une compétition fort onéreuse, alors il faut commencer dès maintenant à réfléchir sur les stratégies pour capitaliser les investissements à moyenne ou à longue échéance.

Le Cameroun peut utilement s'inspirer de certains précédents historiques pour éviter qu'à l'avenir des enceintes sportives acquises à grands frais ne soient pas abandonnées à elles-mêmes après la compétition.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.