Congo-Kinshasa: Crise à l'ACDD - Lutumba wa Lutumba éventre le boa

interview

Une crise sans précédent sévit au sein de l'Alliance Chrétienne pour le Développement et la Démocratie, ACDD en sigle, Parti Politique membre du Regroupement Politique «Action des Alliés pour l'Amélioration des Vies des Congolais», AAAC. Laquelle crise a abouti à l'exclusion d'Alphonse NGOYI KASANJI, Autorité morale de ce regroupement. Ce dernier n'est pas allé par le dos de la cuillère.

Dans son intervention, en réaction à cette sanction, a déclaré que : "L'employé ne peut pas révoquer l'employeur", avant d'accuser le Secrétaire Général de l'ACDD, Professeur Lutumba wa Lutumba, d'avoir détourné les fonds destinés à la Campagne Electorale des Candidats AAAC en novembre 2018.

Approché, le Professeur LUTUMBA wa LUTUMBA n'a pas donné sa langue au chat. Il a éventré le boa dans une interview qu'il nous a accordée, et dont nous reproduisons in extenso dans les lignes qui suivent.

La Prospérité : Prof. Lutumba wa Lutumba qu'en est-il au juste de cette crise au sein de l'ACDD et de l'exclusion par vous de M. NGOYI KASANJI, Autorité Morale de l'ACDD.

Prof. Lutumba : Pour votre gouverne, l'ACDD, notre parti, a été créé en 2011 et reconnu comme tel au n°040/ du Ministère de l'Intérieur le 14/04/2011, lequel Arrêté m'a été adressé comme Président National du Parti. En 2014, lors du 1er congrès du Parti qui s'est tenu à Mbuji-mayi, les Congrèsman venus de tous les horizons de la République ont décidé de l'insertion dans nos statuts des fonctions de l'Autorité Morale et du Secrétaire Général.

C'est ainsi que moi qui étais Président, je devins Secrétaire Général. Or, à la création, il n'y avait que les postes du Président et des Secrétaires Nationaux. C'est le Congrès des Fondateurs qui a fait de l'Autorité Morale et du Secrétariat Général, deux organes du Parti ; à telle enseigne que personne ne peut démettre l'autre sans passer par le congrès des fondateurs du Parti. Qu'est- ce qui arrive après les élections de 2018 ? L'ACDD se retrouve avec 2 députés nationaux, 1 sénateur, 7 Députés Provinciaux.

Ce poids politique lui a valu quelques postes dont celui de Sénateur dans la ville de Mbuji-mayi. Ce poste a été vite récupéré par M. Alphonse NGOYI KASANJI pour le compte du PPRD, au préjudice du Regroupement politique AAAC qui devait aligner un candidat à cette place là.

Nous avons perdu le poste de Sénateur ; c'est un vide au Regroupement mais sans compensation. Dans cette province du Kasaï Oriental, notre regroupement politique « AAAC » compte 3 Députés Provinciaux, nous n'avons rien eu au sein du Nouveau Gouvernement Provincial. M. Alphonse NGOYI KASANJI ayant privilégié ses relations amicales dans la Province de LOMAMI, les intérêts de l'ACDD ont été bradés par la même personne au grand préjudice de l'AAAC dont l'ACDD est membre.

Troisième raison, nous ACDD, nous ne savons pas contribuer en tant que membre du Regroupement, les élus nationaux et sénateurs ne nous apportent pas leurs contributions. Comme si cela ne suffisait pas, M. Alphonse NGOYI KASANJI a tenté de nous surprendre lors d'une réunion du Regroupement, en envoyant un des Députés Nationaux comme son représentant à cette réunion là alors que ceci n'a fait l'objet d'aucune information préalable.

Cette façon là de faire ne pouvait pas nous rassurer et rassurer tous les militantes et militants du Parti par rapport à la sauvegarde des acquis du Parti et des postes des responsabilités découlant de la tenue des élections du 30 décembre 2018. C'est ainsi qu'en notre qualité de Secrétaire Général et gestionnaire au quotidien du parti, nous avons lancé un communiqué de presse annonçant notre désaveu sur la personne de NGOYI KASANJI comme Autorité morale de notre Parti. Ce communiqué là qui a fait parler de lui dans les médias semble avoir recueilli le satisfecit tant de l'opinion publique que de tous les militantes et militants du Parti qui ne se sont pas retrouvés.

La Pros. : Vous dites que vous l'avez désavoué et exclu de l'ACDD comme Autorité morale. Mais, Alphonse NGOYI KASANJI ne l'entend pas de cette oreille, car il a déclaré : l'employé ne peut pas révoquer l'employeur. Qu'en dites-vous ?

Prof. Lutumba : C'est pitoyable d'être acteur politique et feindre ignorer les choses. L'ACDD n'est pas une entreprise privée, c'est un parti politique régi par des statuts et au regard de ces derniers, il n'y a pas d'employeur et d'employé. Lorsqu'on est dans un parti politique, et qu'on ne respecte pas les statuts, on s'expose aux sanctions. D'ailleurs, pour son cas, son nom ne se trouve pas dans nos statuts.

La Pros. : Vous avez été accusé de détournement des fonds destinés à la campagne électorale des candidats du Regroupement AAAC/Kasaï Oriental. Quelle est votre réaction quant à ce ?

Prof. Lutumba : Je ne suis pas seulement acteur politique, je suis aussi Professeur d'université et Secrétaire Général académique de l'UOM et en tant que scientifique avec une haute moralité, et imbu du code d'éthique et bonne gouvernance, je ne peux pas me permettre de descendre trop bas pour hypothéquer mon honneur à un vil prix de billets de banque. C'est une diffamation, je vous affirme que je n'ai jamais reçu de lui, encore moins d'une personne interposée, des fonds pour la campagne électorale, même pas pour moi. Faire ce genre des déclarations mensongères, c'est chercher des poux sur la tête d'un chauve. Toutefois, je regrette de voir dans l'espace politique Est Kasaïen des gens qui sont capables de se livrer à la théâtralisation et offrir au public de la comédie pour distraire la galerie. Je le mets au défi d'en apporter des preuves.

La Pros. : Quel message adressez-vous aux militantes et militants de l'ACDD /Kasaï Oriental ?

Prof. Lutumba : Nous leur adressons un message d'espoir et d'un avenir radieux pour l'ACDD qui, désormais, va fonctionner convenablement à l'instar d'un parti politique à caractère national et non à caractère provincial et/ou familial. Nous les appelons à l'unité, au calme et à soutenir massivement le combat de la libération que nous menons pour eux, et ne pas se laisser entraîner par des discours de bas étage comme si on était à un jardin d'enfants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.