Ile Maurice: Parlement - Une motion privée de 2017 pour la dernière séance

Cela sent les vacances pour nos parlementaires. Mais auparavant, ils doivent débattre d'une motion privée d'Alan Ganoo, qui date de 2017, lors de la dernière séance de cet après-midi, vendredi 16 août.

Contexte pré-électoral oblige, il est presque certain que le Parlement sera dissous bien avant la reprise prévue pour octobre. À moins qu'entretemps, le Premier ministre Pravind Jugnauth ne le rappelle pour voter un «mini-amendement» à la Constitution, qui permettrait aux candidats de ne pas déclarer leur appartenance ethnique lors des élections générales. Ou encore, pour une séance spéciale de «remerciement-bilan».

Dans le cadre du 50e anniversaire de l'Indépendance de Maurice, le président du Mouvement patriotique avait déposé une motion privée en mars 2017, qui vise à amender la Constitution pour y inscrire l'obligation de limiter le nombre de mandants d'un Premier ministre et, aussi, pour une meilleure représentation des femmes au Parlement. Depuis, le débat perdure, principalement pour deux raisons. D'abord, ce type de motion est pris uniquement à la fin de chaque session parlementaire. Ensuite, le nombre important d'orateurs sur la liste. Alan Ganoo regrette que sa motion n'ira pas jusqu'au bout. «Il faudra amender les Standing Orders pour accorder plus de temps aux motions privées. C'est dommage, car c'est une occasion pour les élus qui ne sont pas ministres de présenter une motion», dit-il.

Lors de sa conférence de presse, le samedi 10 août, le leader du Mouvement militant mauricien (MMM), Paul Bérenger, a déclaré que la séance d'aujourd'hui sera une perte de temps. «C'est une séance ridicule. Même la population a oublié pour quelle raison Alan Ganoo a déposé cette motion». À l'express hier après-midi, le secrétaire général du MMM, Rajesh Bhagwan, a affirmé que son parti prendra l'engagement d'amender les Standing Orders après les élections générales. «Par exemple, il y a un Premier ministre qui occupe trois gros ministères, mais le temps consacré aux réponses pendant le Prime Minister's Question Time n'est que de 30 minutes. C'est insuffisant. Il faut aussi revoir le règlement concernant les motions privées», dit-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.