Maroc: "Les petits de Décembre" - Kaouther Adimi raconte l'Algérie d'aujourd'hui dans un conte tragique

Un roman qui raconte la révolte d'une poignée d'enfants face au pouvoir corrompu des généraux algériens

Avec Les petits de Décembre, son quatrième roman paru aux éditions du Seuil le 14 août 2019, l'écrivaine algérienne Kaouther Adimi, auteure de Nos richesses (Seuil, Prix du Style et prix Renaudot des lycéens en 2017) poursuit son exploration de l'histoire contemporaine de l'Algérie, son pays, quitté quand elle avait quatre ans, puis retrouvé en 1994, plombé par le terrorisme. C'est cette fois sous la forme d'un conte mettant en scène des enfants, des généraux, une moudjahida à la retraite et une vieille folle aux cheveux rouges que la romancière décrit la réalité de son pays.

Dely-Brahim, petite ville à l'ouest d'Alger. Trois enfants, deux garçons et une fille, jouent sur le terrain vague planté au cœur de la cité du 11 décembre 1960 (date des grandes manifestations dans tout le pays pour l'indépendance de l'Algérie). Inès, Jamyl et Mahdi s'y retrouvent presque tous les jours, même quand le terrain, détrempé par la pluie, devient une large étendue de boue.

Les trois enfants sont tous les enfants ou petits-enfants de militaires. La Cité a été construite pour eux à la fin des années 80. Le terrain n'a jamais été aménagé, pas plus que les rues qui irriguent le quartier. Un terrain vague que les enfants ont fini par investir, en y installant des cages de foot de fortune. Depuis, les enfants de la Cité et des environs y ont disputé des milliers de parties de foot. "Oh, il ne s'agit pas d'un terrain de football comme on peut l'imaginer. Oubliez le gazon vert, le tracé parfait, les filets de but. A première vue on dirait un terrain vague. A première vue seulement".

Sur le terrain, en ce mois de février pluvieux, Mahdi, Jamyl et Inès ne craignent ni la boue ni les moqueries des adultes. Ils exultent, et se sentent même "voler". Loin d'imaginer que ce bonheur simple pourrait être menacé. C'est pourtant ce mois de février pluvieux que choisissent deux hauts gradés du régime, des généraux, pas moins, pour débarquer sans prévenir dans le quartier. Ils arrivent dans "une grande voiture noire aux vitres teintées", affublés d'un chauffeur armé d'un parapluie. Ils sortent des plans de leurs poches en annonçant qu'ils viennent voir "leur terrain", sur lequel ils projettent de construire "leurs villas".

Adila, ancienne moudjahida et figure du quartier, mais aussi la vieille voisine aux cheveux rouges, bientôt rejointes par des jeunes du quartier, se chargent de les chasser. Le terrain de foot devient alors le théâtre de la résistance, celui d'une révolte orchestrée par les enfants. Mais "des dizaines d'enfants peuvent-ils lutter contre tout un système ?"

Kaouther Adimi nous raconte cette histoire comme un conte, dessinant ses personnages comme dans une farce, des généraux et leurs femmes se ridiculisant, des militaires lâches et des enfants héroïques. Mais derrière l'apparente légèreté du récit, c'est la violence du régime algérien, sa corruption, ses dysfonctionnements, l'incapacité de tout un système à se réformer, les dégâts des années de plomb et les désillusions des anciens que décrit la romancière.

L'écriture est simple, les phrases sont courtes et se succèdent dans une économie de mots qui met sur le devant de la scène l'action, laissant au lecteur le soin de se forger une opinion. La révolte des enfants figure de manière allégorique (même si l'histoire est inspirée de faits réels) l'espoir d'une relève, celle d'une génération qui saurait enfin réussir là où la génération précédente, "ce maillon entre deux grandes générations" a échoué, vouée à "remplir le blanc le temps que ceux d'après arrivent... "

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.