Cameroun: Bruits de Vote - Régimes présidentiels

On connaît enfin le secret de la beauté des joues de Joshua Osih. Révélations de l'intéressé lui-même au cours du week-end : une alimentation où l'huile de palme occupe la majorité absolue. Le candidat en qui sommeille un diététicien autodidacte et averti, nous apprend que cette « huile rouge » que nous regardons souvent avec dédain, est un véritable médicament. Il paraît que M. Osih n'a pas eu le palu depuis des siècles et que sa nourriture y serait pour beaucoup. Autre révélation : le bantou est intolérant au lactose. Traduction : vous qui continuez à boire du lait, sachez que votre organisme n'est pas fait pour ça.

Si ce candidat-là devient président dans quelques jours, peut-être bien qu'on va interdire le lait aux mamans, bébés, enfants, adolescents et adultes bantous. Pour leur bien évidemment ! vous n'imaginez quand même pas un président de la République qui laisse ses concitoyens consommer du poison.

Bref, on a donc retenu que le candidat Osih est un homme « bien nourri ». Pourquoi vous souriez ? Rien à voir avec son embonpoint. On vous parle de qualité, pas de quantité ! Résultat : une résistance au stress et à la pression.

L'homme qui garde de si belles joues depuis des années, dort à peine trois heures par jour. En tout cas, on sait déjà qui de la Socapalm ou de Nestlé (sans publicité bien sûr) pourra prétendre à un soutien de l'Etat si ce cher Joshua Osih est élu le 7 octobre.

Tout cela nous montre bien qu'il vaut mieux ne pas se fier aux apparences. La campagne est riche de déclarations sensationnelles, d'images chocs et bien sûr de « fake news ». Rien à faire, c'est à la mode. Alors comment savoir si le « tireur de pénalty » s'est vraiment endormi l'autre jour devant son ballon, en plein milieu du terrain et avec son beau maillot ?

Comment savoir si Cabral Libii a vraiment demandé du soutien auprès d'une secte à laquelle il appartiendrait et qui à travers un document publié la semaine dernière sur les réseaux sociaux l'aurait assuré de soutenir ce « frère » ? C'est peut-être vrai. C'est peut-être aussi de simples coups bas des adversaires...

Ce dont on est sûr, c'est que nos chers candidats se prennent vraiment, mais alors vraiment au sérieux. Regardez seulement les postures dans les véhicules décapotables. Ils s'y croient déjà ! D'accord, la foule n'est pas toujours au rendez-vous, comme pour un Frankline Ndifor, défilant dans des rues quasi désertes. Mais l'essentiel est là : il faut déjà apprendre les gestes présidentiels, même micro en main, comme Maurice Kamto qui va peut-être inaugurer le style du président qui salue en parlant. Mais attention au coup de frein brusque du chauffeur ! Maintenant, il peut arriver que le véhicule vous lâche, comme savent si bien le faire ces ingrats de véhicules. Serge Espoir Matomba en sait quelque chose, lui que son bus de campagne a failli réduire en cendres.

Le chauffeur a beau dire qu'il avait vérifié l'huile et le liquide de refroidissement, le feu a quand même pris, la panique aussi pour les occupants. La télé nous a permis d'admirer l'agilité des compagnons de ce candidat face aux flammes. Instinct de survie évidemment. Si un poste de ministre vous attend au lendemain du 7 octobre, il vaut mieux être bien vivant.

Une petite prière plus tard et voilà la caravane qui repart, avec son célèbre groupe d'animation : « Matom... matom Matomba ! » Côté ambiance, la campagne assure. On y découvre quelques bons danseurs. Par exemple, le pas endiablé et le jeu de jambes irrésistible de Jacques Fame Ndongo ; Et que dire des touches « responsables » de Jules Doret Ndongo ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.