Sénégal: Affaire de la pharmacie Fadilou Mbacké - Commissaire Sankharé en attente de son ordonnance

Pour s'en être pris au Docteur Cheikhouna Gaye de la pharmacie Fadilou Mbacké sise à la Patte d'Oie, qui aurait refusé de lui procurer un médicament sans ordonnance, le Commissaire Sankharé risque gros.

Un communiqué du Bureau des relations publiques de la Police, rendu public hier, jeudi 15 août, informe que toutes les mesures disciplinaires seront prises dans pareilles circonstances.

Le Commissaire Sankharé risquerait la radiation selon certaines indiscrétions. Le moins que l'on puisse dire, le mise en cause dans cette affaire pour excès de zèle sur le pharmacien, Docteur Cheikhouna Gaye exerçant la pharmacie Fadilou Mbacké de la Patte d'Oie serait dans de sales draps. Pour cause, sa hiérarchie semble être dans les dispositions de lui infliger des sanctions disciplinaires.

Dans un communiqué rendu public hier, jeudi 15 août par le Bureau des relations publiques de la Police, les forces de sécurité rappellent avoir constaté «à travers les réseaux sociaux et les sites d'information en ligne, d'une vidéo illustrant un malheureux incident entre un fonctionnaire de Police en service au Commissariat des Parcelles Assainies, et un docteur de la pharmacie».

S'insurgeant contre ce malheureux incident, les services de la police renseignent que les mesures idoines seront prises.

Dans la note, les hommes de tenues indiquent que «l'Autorité a pris toutes les mesures disciplinaires attendues dans de pareilles circonstances malheureuses. De même, elle tient à préciser qu'elle ne ménagera aucun effort pour prévenir de pareils incidents dans la manière de servir de ses différentes unités».

Les forces de sécurité n'ont pas manqué d'appeler toutes les parties «à la retenue et à la sérénité, et les invite à prendre conscience du partenariat solide qui existe entre elle et les pharmaciens dans la prise en charge des défis communs auxquels ils font face».

Dans une vidéo qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux met en cause le commissaire Sankharé des Parcelles Assainies et le Dr Cheikhouna Gaye qui officie à la pharmacie Fadilou Mbacké de la Patte d'Oie.

Selon Dr Gaye, il a reçu la visite du commissaire qui souhaitait acheter un médicament. Mais, il lui fait savoir que ledit médicament ne se vendait que sur ordonnance.

Ce qui visiblement n'aurait pas agréé le commissaire. S'en suivront alors des échanges de propos aigres-doux, avant que le commissaire n'appelle, selon le docteur, ses hommes qui ont voulu l'embarquer de force.

Docteur Cheikhouna GAYE de la pharmacie Falidou Mbacké : «ILS M'ONT MENOTTE ET M'ONT FAIT SORTIR DE FORCE»

«Une personne est venue pour un médicament qui s'appelle TETAVAX. C'est une injection. Je lui ai fait comprendre que c'est un produit qu'on ne vend pas sans ordonnance.

Le gars me dit qu'il va appeler à la maison pour qu'on lui envoie l'ordonnance par wattshap. Après un moment dehors, il est revenu sans ordonnance.

C'est en ce moment-là qu'il a commencé à crier sur moi. Il m'a traité d'impoli, d'idiot. Je lui ai rendu les mêmes injures. Il m'a dit qu'il allait me faire regretter ce que je venais de lui dire. J'ignorais qu'il était un policier».

«Quelque temps après, il a appelé au niveau de la police des Parcelles et des agents de police ont débarqué ici.

Quand ils sont entrés dans la pharmacie, ils m'ont menotté et m'ont fait sortir de force et ont cassé les vitrines des rayons et de la porte pour me conduire à la police, alors que je lui ai simplement dit que ce médicament ne se vend pas sens ordonnance».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.