Burkina Faso: TICAD VII - Les opérateurs économiques burkinabè se préparent

La Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a organisé le mercredi 14 août 2019, à Ouagadougou, une rencontre d'information, à l'endroit des opérateurs économiques, sur la tenue de la 7e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD).

En prélude à la 7e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD VII), prévue pour se tenir du 28 au 30 août 2019, la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso (CCI-BF) prépare ses opérateurs économiques. A cet effet, elle a organisé, le mercredi 14 août 2019 à Ouagadougou, en collaboration avec l'ambassade du Japon, une rencontre d'échanges sur les opportunités de l'évènement et les perspectives de renforcement des liens entre les secteurs privés japonais et burkinabè.

Pour l'ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Tamotsu Ikézaki, principal animateur de cette conférence, la TICAD VII se veut être un tournant décisif, car visant à promouvoir les investissements du secteur privé. De ce fait, a-t-il précisé, pour faciliter le réseautage entre les entreprises des deux pays, trois évènements majeurs sont programmés.

Il s'agit du dialogue secteur public-privé sous forme de plénières sur le renforcement de la paix et de la stabilité de la région sahélienne, le business-exposition avec 158 entreprises présentes et le business-forum consacré aux start-ups et au changement climatique. «Afin de promouvoir les investissements privés, il est nécessaire d'aménager des infrastructures de qualité pour consolider les bases structurelles et sociétales qui permettront aux entreprises japonaises de s'implanter en Afrique», a souligné l'ambassadeur Ikézaki.

Il a également indiqué que la conférence est une aubaine pour les entreprises burkinabè de vendre leur image et de montrer leur potentiel. «Saisissez l'occasion de convaincre les entreprises japonaises pour des partenariats fructueux», a-t-il conseillé.

4500 participants attendus

Le diplomate japonais s'est, par ailleurs, réjoui de l'intérêt que les hommes d'affaires du «pays des Hommes intègres» portent sur son pays. Pour lui, l'Afrique, dans son ensemble, devient un partenaire incontournable pour le monde des affaires du pays du Soleil levant. D'où la nécessité de consolider leur coopération. «L'entrée en vigueur de la zone de libre échange du continent témoigne de la volonté des Africains de renforcer le commerce dans son espace», a-t-il fait savoir.

De l'avis du vice-président de la CCI-BF, Oumar Yugo, cette rencontre a l'avantage de permettre aux participants d'en savoir plus sur la tenue prochaine de la VIIe TICAD, afin de tirer le maximum de bénéfices pour la dynamisation de leurs affaires. «C'est une belle occasion pour nous de créer de nouvelles opportunités», a soutenu M. Yugo.

Et d'ajouter qu'une centaine d'opérateurs économiques burkinabè ont déjà manifesté leur intérêt pour participer à ce grand rendez-vous de Yohama. Aussi des recommandations et des dispositions pratiques ont-elles été données aux participants pour la réussite de leur séjour au Japon. La TICAD est organisée à l'initiative du gouvernement japonais conjointement avec les Nations unies, le Programme des Nations unies pour le développement, la Commission de l'Union africaine et la Banque mondiale. Plus de 4 500 participants y sont attendus incluant des chefs d'Etat et de gouvernement, ainsi que des représentants d'organisations internationales et régionales, du secteur privé, d'ONG et de la société civile.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.