Cameroun: Yaoundé - Du sourire pour les élèves déplacés

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education de base a remis le 10 août dernier, des kits scolaires aux enfants originaires du Bui.

Son souhait est de voir tous les enfants du Sud-Ouest et du Nord-Ouest prendre le chemin de l'école le 2 septembre prochain. C'est la raison pour laquelle, Dr Ashéri Kilo, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education de base (Minedub), est allée faire des dons scolaires le 10 août dernier aux 200 enfants déplacés du département du Bui vivant à Yaoundé.

Son message et celui des élites du département qui l'accompagnaient, parmi lesquels le ministre délégué à la présidence chargé du Contrôle supérieur de l'Etat, Rose Mbah Acha Fomundam, Dr Linda Yang et Grâce Dion Ngute, était clair: « Courage ! Ces enfants sont ici pour un moment, mais ils retourneront chez eux quand la paix sera restaurée dans le Bui.

Mais pour le moment, on ne peut pas les laisser en dehors de l'école. C'est pour cela qu'on a décidé de leur donner des kits scolaires, afin que les enfants du Bui qui sont ici et qui peuvent aller à l'école commencent en septembre », a-t-elle dit. Le kit scolaire constitué de sacs à dos, gourdes, bics, crayons, règles, ardoises, drapeaux du Cameroun entre autres, a été remis aux élèves de la maternelle jusqu'au CM2.

Pour les élites de la localité, c'est un geste fort posé par le secrétaire d'Etat auprès du Minedub. Toutefois, elles appellent à la responsabilité en leur demandant d'envoyer les enfants à l'école. « Nous sommes toutes derrière Mme Ashéri Kilo et nous la félicitons pour ce geste qu'elle a posé aujourd'hui. Je veux également encourager les enfants qui sont encore à la maison retenus par les parents, par la situation que nous tous nous connaissons, de revendiquer leur droit à l'éducation. Et je veux aussi demander aux parents des deux régions qui sont en train de garder leurs enfants à la maison, de ne pas les laisser à la maison parce qu'ils appartiennent à la société camerounaise. L'excuse de dire qu'il n'y a pas la sécurité, n'en est pas une. Si nous pouvons aller au marché, aller cultiver les champs, les enfants peuvent aussi aller à l'école », a confié Dr Linda Yang.

Pour remercier leurs hôtes, chants, ballets et sketchs demandant le retour à la paix dans ces régions et un retour à l'école ont été

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.