Zimbabwe: Une manifestation de l'opposition dispersée par la police à Harare

Photo: 263Chat
Un manifestant est interrogé par la police.

À Harare, la capitale du Zimbabwe, l'opposition a tenté de se rassembler ce 16 août. Les partisans du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), le principal parti d'opposition du pays, prévoyaient de protester contre la situation économique du pays. Cette manifestation a été interdite hier soir par la police, interdiction finalement confirmée ce matin par la justice.

Au Zimbabwe, une centaine de partisans du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) ont bravé l'interdiction de manifester en descendant dans la rue à Harare, la capitale, mais leur sit-in en plein centre-ville a été de courte durée.

La police avait bouclé dès l'aube les rues de la capitale et les forces de l'ordre ont rapidement dispersé ceux qui avaient bravé l'interdiction de manifester à coups de gaz lacrymogène et de matraques.

Le MDC a dénoncé une démonstration de force « disproportionnée » et le retour des méthodes utilisées par le pouvoir colonial de l'ancienne Rhodésie. Le pouvoir zimbabwéen a tout fait pour empêcher ces manifestations de l'opposition, multipliant les menaces et les intimidations jusqu'à la dernière minute.

Catastrophe économique

Six militants ont été enlevés et torturés ces derniers jours, selon les organisations de défenses des droits de l'homme. Amnesty International dit avoir constaté une « escalade de la répression » contre les activistes, la société civile et l'opposition.

Hier soir, la police a finalement décidé d'interdire purement et simplement la manifestation prévue aujourd'hui même par le MDC. Cette interdiction a été confirmée ce matin en toute dernière minute par une cour de justice. Mais d'autres manifestations sont toujours prévues dès la semaine prochaine dans quatre autres villes du pays.

Les dernières grandes manifestations au Zimbabwe remontent au mois de janvier. Au moins 12 personnes avaient trouvé la mort dans des affrontements avec les forces de sécurité.

Les Zimbabwéens protestaient à l'époque contre l'augmentation du prix de l'essence. La situation économique reste catastrophique. Au mois de juin, l'inflation a atteint un nouveau record de 176% tandis que le prix de l'essence a quadruplé depuis cette période.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.