Angola: Le projet de loi sur le pouvoir traditionnel soumis à la consultation publique

Luanda — La proposition de la première loi sur les institutions de Pouvoir traditionnel en Angola a été soumise ce vendredi à Luanda, à la consultation publique d'académiciens, étudiants et autorités traditionnelles.

Le projet de loi, qui comprend 30 articles, vise à définir la nature juridique et le cadre des institutions du pouvoir traditionnel dans la matérialisation de leurs attributions, les règles et les limites de leur action dans les relations avec les organes et services administratifs de l'État, ainsi que le statut des autorités traditionnelles.

40.075 autorités traditionnelles sont sous le contrôle de l'État, qui dépense 800 millions de kwanzas par mois en subventions.

Selon Rosa Melo, directrice nationale des communautés et institutions du Pouvoir traditionnel du ministère de la Culture, c'est la première fois qu'on se réunit pour tenter de légiférer et de trouver un moyen pour que l'État articule les activités des institutions du Pouvoir traditionnel.

D'après la responsable, plusieurs points seront débattus, soulignant la dépendance financière excessive des autorités traditionnelles à l'État, une situation qui devrait être réexaminée dans cette loi, et la tenue vestimentaire actuelle qui ne reflète pas la diversité culturelle du pays.

«Nous devrons mettre en évidence, mettre en valeur et sauver notre culture. Nous avons un Angola multiethnique et chaque région est riche du point de vue des vêtements et des coiffures qui doivent être reflétés dans l'attitude et la présentation des autorités traditionnelles elles-mêmes», a-t-elle indiqué.

Rosa Melo a expliqué que le poids pour l'État est énorme, par rapport à ce qu'il dépense chaque mois, bien que les autorités traditionnelles disent que c'est très peu.

En ce qui concerne les fantômes, Rosa Melo a informé qu'il était en cours un travail de prélèvement pour quantifier, mais qu'ils existaient réellement.

L'auscultation a commencé à Luanda et se poursuit progressivement dans d'autres provinces afin que les communautés apportent des subventions valables pour l'enrichissement de la loi.

Le secrétaire des autorités traditionnelles de Luanda et Mussulo soba, João Adão, considère la proposition de l'Exécutif comme un atout.

Elle a ajouté que l'un des problèmes le plus préoccupant était l'excès de personnes qui ne faisaient pas partie de la lignée des autorités traditionnelles et qui, à travers d'autres intérêts, se présentaient comme des autorités traditionnelles.

Le projet de loi s'applique à toutes les institutions du pouvoir traditionnel avec siège, domicile habituel et nationalité angolaise.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.