Angola: Les autorités angolaises ignorent l'existence d'un virus mortel

Luanda — La ministre de la Santé, Sílvia Lutucuta, a déclaré jeudi que les autorités nationales n'étaient pas au courant de l'existence de décès de citoyens angolais, prétendument infectés par un virus très meurtrier.

Dans une interview accordée à la Télévision publique angolaise, la gouvernante a déclaré avoir appris de réseaux sociaux que la présumée contamination d'une citoyenne angolaise résidant en Allemagne, mais jusqu'à cette date, le pays n'avait pas encore été reçu la confirmation de quelconque entité de supervision internationale.

Sílvia Lutucuta a toutefois indiqué que les autorités sanitaires avaient intensifié le processus de contrôle et d'inspection, soulignant que d'autres tests en laboratoire seraient prochainement effectués, extensifs à l'eau distribuée en Angola, pour confirmer ou nier le fait.

Dans un audio récemment publié sur les réseaux sociaux, une citoyenne a déclaré qu'elle souffrait de symptômes inconnus causés par un virus du fait de la consommation d'eau pendant son séjour en Angola.

Selon les allégations, le prétendu virus, qui proviendrait de l'eau, attaquerait le cerveau et causerait de très fortes fièvres, provoquant de graves maux de tête, une paralysie des membres inférieurs et des problèmes de vision.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.