Maroc: Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida

Deux cents membres de la communauté juive du Maroc originaires des principales villes du Maroc et de l'étranger ont assisté jeudi 1er août 2019 à l'inauguration de la réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida. La cérémonie s'est déroulée dans une atmosphère agréable grâce à la bonne organisation de l'événement et à la contribution efficace des autorités concernées pour sa réussite.

Cette réhabilitation s'inscrit dans le cadre de la décision du Roi Mohammed VI de rénover les cimetières marocains y compris les cimetières et sites funéraires juifs. Les travaux ont duré presque deux ans et ont consisté en chantiers de désherbage, restauration des tombes dégradées, colmatage, réfection du mur de clôture, remplacement des portes, blanchiment et autres améliorations. Le résultat final a été grandement apprécié par les visiteurs et par la population de la ville en général, d'autant qu'il s'agit d'un patrimoine marocain et d'une mémoire commune. Par la même occasion, la fête de la Hiloula y a été célébrée par les membres de la communauté en l'honneur du saint Rabbi Ihya Haïm Assouline dont la tombe est un lieu de pèlerinage pour la communauté.

D'une superficie de plus de deux hectares, ce cimetière marin se trouve en bordure de l'Océan atlantique, tout près de la cité portugaise. Il date manifestement des débuts du XIXème siècle lors de la création de la ville. D'autant que d'anciens mazaganais affirment que le terrain du cimetière aurait été offert à la communauté par une riche personnalité juive locale. Une autre datation le fait remonter au XVIIème siècle. En effet, dans sa déclaration à la presse lors de la cérémonie d'inauguration, Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc, a précisé que le cimetière avait quatre siècles puisqu'on y a trouvé aussi des tombes anthropomorphiques qui n'existent que sur la côte marocaine et au Pays basque ! Il y a donc tout lieu de penser qu'elles proviennent du temps de la conquête portugaise. Outre les tombes des nationaux, le cimetière recueille aussi les sépultures de juifs d'autres nationalités qui ont vécu dans le passé à El Jadida tels Isaac Brudo, agent consulaire de France, décédé en 1945.

Aujourd'hui lieu de mémoire et d'histoire, le cimetière est l'une des sources de renseignements sur les anciennes familles qui habitaient la ville, quoique quelques tombes très anciennes, du fait de l'usure du temps et de l'érosion marine, ne portent plus aucune indication sur le défunt. Le cimetière dispose d'un gardien qui réside sur place et qui reçoit les visiteurs toute l'année notamment des juifs marocains établis à l'étranger qui viennent se recueillir sur les tombes de leurs ancêtres.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.