Nigeria: Les questions en suspens après le retour de Zakzaky à Abuja

Abuja, août 2018: manifestation de chiites militants ou sympathisants du MIN en soutien au cheikh Ibrahim el-Zakzaky pour le 1000e jour de sa détention (illustration).

Moins d'une semaine après sa libération conditionnelle, retour à la case départ pour Ibrahim Zakzaky. Le chef du Mouvement islamique du Nigeria (MIN) est rentré avec son épouse ce jeudi 15 août à Abuja en provenance de New Delhi.

Le fondateur du mouvement chiite était parti en Inde ce lundi 12 août pour se faire soigner. Il a finalement refusé d'y rester. À son retour, il a été emmené par les services de renseignement nigérians dans un lieu tenu secret.

En forçant son retour au Nigeria, Ibrahim Zakzaky joue le pourrissement de la situation. Le leader du MIN refuse d'être traité comme un terroriste. Il se justifie en dénonçant des risques d'empoisonnement, s'il avait accepté d'être soigné par les médecins de l'hôpital Medenta de New Delhi.

La guerre de nerfs va donc se poursuivre au Nigeria entre Abuja et le MIN. En effet, la justice nigériane avait accordé une libération conditionnelle au couple Zakzaky pour un séjour médical en Inde.

Mais que va dire désormais le président de la Haute Cour de Kaduna suite à ce nouveau rebondissement ? Zeenat et Ibrahim Zakzaky ont quitté l'hôpital de New Delhi sans certificat médical. Il est donc difficile de les faire comparaitre à nouveau devant la justice nigériane, alors qu'ils sont toujours gravement diminués.

Les blessures constatées sur le couple Zakzaky par plusieurs médecins datent de près de quatre ans. Elles constituent une bombe à retardement pour les autorités nigérianes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.