Ile Maurice: Dissolution - Le PM convoque le Parlement pour le 13 septembre

Certains députés pensaient que les travaux parlementaires allaient reprendre en octobre avant la dissolution. Quelle est donc la stratégie de Pravind Jugnauth ?

Les parlementaires seront en vacances jusqu'au 13 septembre. La date de la reprise donne une indication quant à la dissolution probable de l'Assemblée nationale. Toutefois, avec cette date, le chef du gouvernement semble vouloir brouiller les cartes pour ne pas divulguer sa stratégie alors que ses adversaires politiques pensaient que le Parlement serait ajourné jusqu'à octobre. N'empêche que, selon les dispositions de la loi, le mandat des élus prendra automatiquement fin le 22 décembre.

Cependant, ils sont nombreux à croire que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, dissoudra l'Assemblée nationale avant. Depuis mardi dernier, plusieurs députés ont eu vent du fait que le chef du gouvernement pourrait tenir une séance spéciale en octobre uniquement pour y faire son bilan, un «dissolution speech», comme l'avaient fait sir Seewoosagur Ramgoolam en 1976 et Paul Bérenger en 2005. Toutefois, il n'est pas obligé de dissoudre le Parlement même après avoir fait son bilan. D'ailleurs, si c'est nécessaire, il apporterait un «mini-amendment» à la Constitution pour permettre aux candidats aux prochaines élections de ne pas déclarer leur appartenance ethnique.

Déjà avec la reprise le vendredi 13 septembre à 15 heures, il est clair qu'il n'y aura pas de séance «questions-réponses» car cet exercice n'a lieu que le mardi. Si effectivement, le leader du MSM tient cette séance spéciale, le Parlement sera dissous après cette date. À partir de la dissolution, il aura un délai minimum d'un mois pour des élections ou au maximum 150 jours. Cependant, la stratégie du Premier ministre semble être de ne donner aucune indication que la séance d'hier était l'avant-dernière et qu'il y en aura d'autres.

Dans le communiqué du conseil des ministres publié après sa réunion d'hier, il faut noter la décision de circuler un projet de loi, le Mauritius Meteorological Services Bill, aux députés avant son introduction à l'Assemblée nationale. Dans le même communiqué, on apprend que le cabinet a donné des instructions au bureau de l'Attorney General pour préparer une ébauche du Skills Development Authority Bill. D'ailleurs, lors de son point de presse samedi dernier, Paul Bérenger, le leader du MMM, avait déclaré que l'absence de projets de loi en première lecture à l'agenda du Parlement était un signe que la dissolution est proche.

Toutefois, les députés de la majorité, qui sont intervenus, hier, sur la motion privée d'Alan Ganoo, ont fait le bilan du gouvernement alors que Raj Rampertab était émotif. «Nous avons réalisé beaucoup plus que nous n'avions promis. Il faut se réunir derrière le Premier ministre pour pouvoir apporter une réforme du système électoral», a-t-il conclu.

Adrien Duval appelle les électeurs à voter «Après mûre réflexion»

C'est Adrien Duval qui a repris les débats sur la motion d'Alan Ganoo sur la limitation du mandat du Premier ministre. Le député du Parti mauricien social-démocrate plaide, entre autres, en faveur d'un système similaire à celui appliqué en Russie où un Premier ministre est appelé à prendre un recul après deux mandats consécutifs tout en ayant la possibilité de continuer à siéger au Parlement. Les députés du Mouvement militant mauricien et ceux du Parti travailliste ont boycotté cette séance.

Adrien Duval a également réclamé une loi qui rendra obligatoire la représentativité féminine de 30 % au Parlement. Il en a profité pour lancer un appel aux électeurs afin qu'ils votent «après mûre réflexion» aux prochaines législatives.

Pendant son intervention qui a duré plus d'une heure, sir Anerood Jugnauth a, lui, de temps en temps fait part de sa désapprobation envers les critiques de l'opposition. «Kan zot dan lopozisyon nanié zot pa trouv bon !»

Visiblement la motion présentée par le député du Mouvement patriotique ne sera (encore une fois) pas votée vu que les travaux ont pris fin à 19 heures. Seul un des sept orateurs du jour a complété son intervention.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.