Sénégal: Keur Ndiangue/ lutte contre le vol de bétail - Les populations promettent l'enfer aux voleurs

L'impunité ou la légèreté des sanctions, surtout les peines dites de complaisance souvent infligées aux voleurs de bétail font révolter les populations du village de Keur Ndiangue (environs 9 Kms au Sud de Latmingué) et l'ensemble des autres collectivités situées tout autour.

Ces populations qui célébraient jeudi dernier la seconde édition de la cérémonie dite «Dirril Chîn», sorte de slogan et scènes en simulation pour dissuader le phénomène du vol de bétail au sein de leur collectivité, avaient même émis l'idée de faire justice elles-mêmes pour rompre définitivement avec ce phénomène qui leur causent d'énormes difficultés pour redresser leurs économies et élever le nombre de ruminants nécessaires à la communauté afin de faire face à certains évènements socioreligieux comme la fête de la Tabaski.

Des projets d'intérêt communautaire certes, mais qui sont peu réalisables à cause du laxisme dont elles accusent les autorités en charge de la sécurité dans la région d'avoir souvent fait montre à chaque fois qu'il se crée un incident du genre dans leur village. Les voleurs même identifiés ne sont pas du tout inquiétés.

Pourtant dans ce genre de villages où tout le monde se connait, il est difficile de faire passer ce genre d'acte anti-communautaire sans pour autant être connu. Aussi pour des raisons inconnues, des présumés voleurs refusent en toute quiétude de déférer à la convocation des services de sécurité. S'il arrive dès fois qu'un voleur est interpellé, il est très rare qu'il fasse l'objet d'une poursuite au tribunal, quelque soit la nature de l'infraction commise. Si par hasard elle subit une quelconque condamnation, la peine qu'on lui inflige n'est pas parfois sévère et le condamné finit par retourner à la case de départ les jours, semaines, voire les mois qui suivent son interpellation.

Visiblement à Keur Ndiangue, cette situation provoque une vague de frustrations, de rancœurs, mais surtout des stratégies de vengeance contre ce qui est appelé le «banditisme local». Mais également une situation qui est présentement portée par le mouvement «Aarr Sunu Momeel», aujourd'hui coordonné par Bassirou Bâ alias «Toucouleur Rû Baye». Mais qui prône au juste le renforcement du système de sécurité des populations en fonction des normes et règlements en vigueur. Ce mouvement interpelle en effet le président Macky Sall afin qu'il favorise une nouvelle révision plus répressive du phénomène de vol de bétail et invite les populations à poursuivre leur combat jusqu'à obtenir gain de cause.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.