Congo-Kinshasa: Réforme foncière en RDC - Les pygmées du Nord-Kivu revendiquent la préservation de leurs terres

Evaluation la participation des peuples autochtones pygmées du Nord-Kivu dans la réforme foncière en République démocratique du Congo (RDC) ainsi que leur implication dans le processus de la dite réforme, c'est le menu d'un échange organisé par la Dynamique des groupes des peuples autochtones, le vendredi 16 août 2019 à Goma.

Cet échange s'est déroulé entre les représentants des structures des pygmées, venus de quatre coins de la province du Nord-Kivu et différentes autorités locales. A l'issue de la rencontre, les participants ont formulé des recommandations auprès des autorités compétentes pour la prise en compte des pygmées dans la nouvelle loi foncière qui sera mise en place.

C'est dans le cadre des activités du mois d'août, mois dédié aux peuples autochtones pygmées dont la célébration de la journée internationale des peuples autochtones a été célébrée le 09 août dernier, que la Dynamique des groupes des peuples autochtones, antenne du Nord-Kivu, a organisé un cadre d'échange pour évaluer la situation des pygmées du Nord-Kivu dans la sécurisation de leurs terres.

« Comme le pays est en plein processus de la révision de la loi foncière, c'est important d'en profiter pour parler des pygmées qui sont souvent dupés lors des ventes de leurs terres au profit d'une simple caisse de bière ou d'une somme dérisoire, ne répondant pas à la vraie valeur de leurs terres. C'est pourquoi, nous nous sommes réunis ce jour pour la cause », a expliqué Vicaire Batundi, point focal de la Dynamique des groupes des peuples autochtones (DGPA) au Nord-Kivu et coordonnateur du Foyer de développement pour l'autopromotion des pygmées (FDAP).

Recommandations

Parmi les défis à relever, on note entre autres, la sécurisation des terres des personnes autochtones pygmées et la lutte contre la spoliation de leurs terres qui sont souvent expropriées par des personnes économiquement et politiquement fortes. « Si nous n'y veillons pas aujourd'hui, dans les jours à venir nous risquerons d'avoir un peuple autochtone sans terre, alors que sur le plan historique, les pygmées sont considérés comme les premiers habitants du pays appelés dans la plupart des territoires de la province, les bambutis », a prévenu Vicaire Batundi.

Les participants à cet échange ont formulé des recommandations dans le sens d'appeler les pygmées à être sédentaires. Le fait qu'ils soient des peuples nomades, se déplaçant d'un milieu à un autre, favoriserait aussi l'expropriation de leurs terres par des tierces personnes. Ils ont appelé aussi au renforcement de la campagne de sensibilisation des pygmées dans leurs milieux respectifs, en dehors de la ville de Goma. Ceci permettrait aux peuples autochtones pygmées de se sentir considérés dans ce combat de préservation de leurs terres.

La loi sur le sol et le sous-sol en RDC devrait donner des garanties aux pygmées recommandent également les participants à cette rencontre. Un participant recommande même qu'il était important pour un pygmée de se faire assister par une personne de son choix, à chaque fois qu'il devrait vendre sa terre pour éviter tous ces problèmes.

Le point focal de la DGPA a ainsi promis de présenter toutes ces recommandations, lors de l'examen périodique universel pour un meilleur suivi de cette question.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.