Afrique du Sud: Des tests de tuberculose menés sur des éléphants

En Afrique du Sud, la tuberculose est toujours la maladie qui tue le plus avec 330 victimes quotidiennes. Elle s'attaque maintenant aux animaux sauvages qui contractent la bactérie de la tuberculose humaine.Un éléphant avait été retrouvé mort en 2016 dans le parc Kruger, le plus grand du pays, de la taille d'Israël. Les autorités sud-africaines sont depuis en alerte et procèdent à une série de tests sur certains des 20 000 pachydermes présents dans le parc.

L'hélicoptère du Parc Kruger vient d'anesthésier un jeune éléphant. La vétérinaire, Michelle Miller va procéder à une bronchoscopie grandeur nature. Et l'opération va prendre une heure.

Les médecins s'interrogent sur le comportement de la bactérie chez un éléphant de six tonnes. « On n'a pas encore d'idées claires là-dessus. Donc c'est peut-être un seul éléphant qui a été contaminé. Il y a certaines espèces qui sont exposées à la bactérie, mais qui sont très résistantes, donc elles ne contractent pas la maladie », nous explique le docteur Peter Buss.

Pas de traitement miracle

Les autorités s'interrogent encore sur la façon dont la tuberculose a fait son entrée dans le parc. « Il y a plusieurs possibilités. C'est peut-être des déchets laissés par les braconniers. Ou alors des déchets laissés par des touristes », souligne la vétérinaire Michelle Miller.

Pour l'instant, il n'existe pas de traitement miracle. La vétérinaire utilise les mêmes produits que pour les humains. « C'est un traitement de 15 mois et administré quotidiennement. Mais c'est vraiment difficile et très cher. Environ 60 000 dollars par éléphant », poursuit la vétérinaire.

Les autorités redoutent une bombe à retardement parce que la période d'incubation de la tuberculose est de dix ans chez les éléphants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.