Afrique Australe: Le nouveau président de la SADC souligne la stabilité dans la région

Dar Es Salaan — Le nouveau Président en exercice de la SADC, John Pombe Joseph Magufuli, a souligné samedi à Dar es Salaam que la paix, la sécurité et la stabilité obtenues par les pays membres de l'organisation sont les fruits des efforts et engagement de leurs dirigeants.

John Magufuli, également président de la République Unie de la Tanzanie depuis 2015, intervenait à la cérémonie d'ouverture du 39e Sommet ordinaire des Chefs d'État et de Gouvernement de la SADC, à laquelle l'Angola est représenté par le Président de la République, João Lourenço.

Le nouveau dirigeant de la SADC, qui a reçu le même jour son homologue namibien, Hage Geingob, président sortant du bloc régional le mandat d'un an, a déclaré que la paix et la sécurité constituaient les bases de la mise en œuvre des programmes politiques, économiques et sociaux en vue du développement des peuples de la région.

Il a évoqué de manière générale les défis, les objectifs et les perspectives de la région, tout en reconnaissant l'existence de conflits latents dans certains pays, appelant de ce fait l'unité et les efforts des acteurs à rechercher des solutions pacifiques en vue du maintien de la paix et de la stabilité.

«Nous sommes également confrontés au terrorisme, au crime organisé, à la sécheresse et à la famine qui sévissent toujours dans notre région. C'est pourquoi nous devons continuer à travailler ensemble pour relever ces défis », a affirmé le Chef de l'Etat tanzanien.

À son tour, le président sortant de la SADC, Chef de l'État namibien, Hage Geingob, qui s'est également exprimé lors de la cérémonie, s'est dit satisfait de la poursuite du processus de consolidation des principes démocratiques, qui prévoit une gouvernance efficace, citant le cas du Malawi, de la R.D. Congo, Madagascar et du Zimbabwe, pays qui ont récemment tenu des élections libres.

Hage Geingob a également souligné les progrès accomplis par l'organisation, mettant particulièrement l'accent sur l'intégration régionale, l'industrialisation et le développement durable dans le but de lutter contre la faim, la pauvreté et la misère.

Lors de la même cérémonie, la secrétaire exécutive de la SADC, Stergomena Lawrence Tax, a plaidé pour la nécessité pour les États membres de diversifier leurs sources d'énergie. "L'énergie est fondamentale pour l'industrialisation de la région", a-t-insisté.

«Nous devons augmenter la productivité, donner plus d'espace et de propriété politique au secteur privé, en particulier aux petites et moyennes entreprises, faire attention à l'égalité des sexes et renforcer les capacités des jeunes», a ajouté la responsable de l'organisation régionale.

Ont également intervenu au cours de la session, les Présidents de l'Union des Comores, Azali Assoumani, en qualité de nouveau membre de la SADC, de Madagascar, Andry Nirima Rajoelina, et de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, ces deux derniers pays ayant récemment réalisé des élections.

Ces dirigeants participent pour la première fois au sommet.

Avec la présence de 16 Chefs d'État ou de Gouvernement des pays de l'organisation régionale, le Sommet discute ce dimanche (18) de questions d'intérêt politique, économique et social, notamment la mise en œuvre de la stratégie et de la feuille de route pour l'industrialisation de la région sur la période 2015-2063.

La stratégie d'industrialisation de la SADC, adoptée en avril 2015, vise à réaliser une économie plus avancée et une transformation technologique aux niveaux national et régional afin d'accélérer la croissance par le développement industriel.

La SADC est confrontée à plusieurs défis, notamment l'intégration économique dans un espace régional de plus de 200 millions d'habitants.

Au cours du Sommet, trois programmes d'appui à la mise en œuvre de la devise de la réunion devraient être approuvés, à savoir le Soutien à l'amélioration de l'environnement des investissements et des Négoces (SIBE), le Soutien à l'industrialisation et aux secteurs productifs (SIPS) et le Programme de facilitation du commerce.

La SADC, qui a succédé à la SADCC, a été créée en 1992 pour promouvoir la coopération et l'intégration socio-économiques et pour intensifier la coopération dans les domaines politique et de la sécurité entre les États.

L'Angola, l'Afrique du Sud, le Botswana, la République démocratique du Congo (RDC), les Comores, l'E-swatini (ex-Swaziland), le Lesotho, Madagascar, le Malawi, Maurice, le Mozambique, la Namibie, les Seychelles, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe font partie du bloc régional.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.