Burkina Faso: Mort de Kupiendieli, roi du Gulmu - Le soleil s'est couché à l'Est

La Faucheuse s'est encore signalée dans le monde coutumier au Burkina Faso : en effet, un peu plus de deux semaines seulement après la disparition du Dima de Boussouma, on vient d'enregistrer le décès de Kupiendieli, 31e roi du Gulmu, dans la région de l'Est survenu dans la nuit du 16 au 17 août 2019 à l'âge de 84 ans.

Du nom d'Idrissa Thiombiano à l'état civil, le monarque du Gulmu qui vient de s'éclipser fut le successeur de Yoabli, fils du roi Hamtuori (26e souverain du Gulmu qui a régné de 1952 à 1961) et frère de Yentangou.

Kupiendieli est un frère de feu Amirou Thiombiano, le père- fondateur du Parti africain de l'indépendance (PAI) au Burkina.

Il est aussi un cousin de Victor Y. Thiombiano, ancien inspecteur général des affaires administratives, un de nos emblématiques ministres de la Fonction publique sous Maurice Yaméogo.

Soit dit en passant, il est père de notre confrère Pascal Yemboani Thiombiano, actuel DG de la RTB. Le défunt fut également le mari de Solange Thiombiano née Onadja, secrétaire générale de la présidence de la République sous le régime du CMRPN du colonel Saye Zerbo.

Intronisé à 67 ans le 20 décembre 2002 après huit mois de vacance du pouvoir ponctuée de querelles entre les nombreux prétendants au trône, le disparu, qui naquit le 15 février 1935 à Fada N'Gourma, a fait ses études primaires, secondaires et supérieures successivement à Zorgho, à Bamako (Mali) et en France.

Il était un administrateur des finances à la retraite, ancien directeur de l'OFNACER, l'ancêtre de l'actuelle SONAGESS, ancien directeur du Budget, entre autres postes occupés au cours de sa brillante carrière de grand commis de l'Etat.

Sur le plan politique, Kupiendieli a été élu député sous la bannière de l'ADF/RDA dont il fut le président du groupe parlementaire, puis vice-président de l'Assemblée nationale sous la 5e législature de la 4e République.

A l'annonce du décès du grand sage, les messages de condoléances, dont celui du gouvernement burkinabè, ont fusé de partout pour saluer unanimement la mémoire d'un homme de conviction et d'un défenseur des valeurs traditionnelles.

Un deuil de 72 heures à compter du samedi 17 août 2019 a du reste été décrété conformément à la tradition dans tout le Gulmu selon l'Agence d'information du Burkina (AIB). Pendant trois jours donc, les marchés, les débits de boissons, les commerces et autres lieux de rassemblement doivent restés fermés.

Il faut noter que, selon Pascal Thiombiano, descendant de la famille Tenintuoriba, l'une des plus vieilles, voire la plus vieille lignée de la royauté du Boug-Bado et résidant à Fada N'Gourma, s'exprimant dans lefaso.net, «dans les traditions orales et le vécu, il n'y a point d'obsèques quand le souverain (roi) disparaît chez les Gulmancebas.

Le rituel des obsèques est fait le jour de son intronisation, de sorte qu'à sa disparition sa sépulture est confiée aux notables qui procèdent à son inhumation dans une intimité absolue ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.