Niger: Plus de 22 millions d'euros perdus à cause de la fraude

Les fraudes fiscales et douanières ont fait perdre 14,5 milliards de francs CFA au Trésor public entre 2017 et 2018 (22 millions d'euros), a annoncé la Haute autorité de lutte contre la corruption vendredi 16 août.

Les fraudes vont de l'infraction au code des marchés publics au détournement de fonds en passant par l'abus de fonction et le dédouanement illégal.

C'est essentiellement dans le domaine de la fiscalité et au niveau des douanes que « beaucoup reste à faire », selon les mots de Gousmane Abdourahamane, le président de la Haute autorité de lutte contre la corruption (HALCIA), en conférence de presse.

Point de presse de la HALCIA, ce 16/08/2019, sur les résultants de ses investigations. pic.twitter.com/WDjiwgGl8X

HALCIA (@halciaNiger) August 16, 2019

Dans les caisses des impôts d'abord, au moins 3 milliards de francs CFA étaient manquants l'année dernière. 500 millions de francs CFA ont pu tout de même être recouvrés, annonce l'institution.

Certains camions n'arrivent jamais à destination

Mais c'est surtout la fraude sur les hydrocarbures qui est un véritable manque à gagner pour l'État avec près de 11 milliards de CFA de perte entre 2017 et 2018.

En fait, l'autorité de lutte contre la corruption révèle un système de reversement frauduleux du carburant. En clair, certains camions destinés à l'exportation vers trois pays voisins n'arrivent jamais à destination.

Sont-ils des camions fictifs ? Ou bien leur chargement est-il revendu au marché noir ? Une chose est sûre : 8% du carburant prévu n'arrive pas au Burkina Faso et au Mali, tandis que 10 % des citernes déclarées n'atteignent pas le Nigeria.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Niger

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.