Ile Maurice: Séjour illégal - battu par son patron, un Bangladais dans un «retention centre»

Il n'est pas incarcéré ; il est en retention centre. Précision de la police sur Mohamad Siam Hossain, 29 ans. Ce Bangladais travaillait dans une boulangerie depuis quelque temps à Cottage.

Le jeune homme qui avait été retrouvé par la police avec des blessures au corps, en particulier aux poignets, non loin d'un champ de canne à Cottage le 5 août, avait déclaré avoir été battu par les membres de la famille de son employeur. Il avait reçu des soins à l'hôpital, avant d'être remis entre les mains à des officiers du Passport and Immigration Office. Le Bangladais était aussi en séjour illégal sur le sol mauricien depuis deux mois, expliquent les autorités concernées.

«Il faut préciser que ce ne sont pas des criminels. Ils ne sont pas incarcérés comme des détenus», fait ressortir l'inspecteur Shiva Coothen. Ils sont dans un retention centre jusqu'à ce qu'ils soient renvoyés dans leur pays. «Ils ne sont pas déportés mais rapatriés. C'est une différence aussi», soutient-il. Il ajoute que le retention centre est là pour justement avoir le contrôle sur ces travailleurs étrangers. «On ne peut pas les laisser dans la nature. Quand on aura besoin d'eux encore, où on va les chercher à ce moment-là ?»

Selon des sources proches de l'enquête, cependant, Mohamad Siam Hossain sera renvoyé dans son pays très prochainement. «L'enquête est en cours, elle prend un peu de temps.» Le porte-parole de la police assure que le jeune homme est bien traité dans le retention centre. «Li pe gagn so manzé, so bwar tou korek !Li pa koumadir dan enn prizon.»

Dans la localité, les quelques habitants expliquent avoir eu vaguement des informations selon lesquelles les travailleurs étrangers avaient des problèmes à la boulangerie. «Bann dimounn kapav kominike ek zot. Zot ti pe rakonté. Me nou pa ti koné ki li otan grav», explique-t-on. Depuis que cette affaire a éclaté, le business familial est au point mort. «Boulangerie fermé la depi inn ariv sa ! Nou pa pe tro koné ki pou arivé pou bann propriéter la.»

Dans cette affaire, la police criminelle de Piton a arrêté cinq personnes. À savoir: Bhojundra Luchmun Roy, âgé de 34 ans, et sa mère Oomantee Luchmun Roy, âgée de 56 ans, Bharuth Luchmun Roy, le père, âgé de 61 ans, Ketan Luchmun Roy, âgé de 33 ans, et Doosheeka Luchmun Roy, âgée de 30 ans.

Selon les informations policières, Doosheeka Luchmun Roy a recouvré la liberté. Les quatre autres sont en détention policière.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.