Madagascar: PSE - La société civile dénonce une « décision unilatérale » du gouvernement

Les enfants des zones rurales sont particulièrement en difficulté en matière d'accès à une éducation de qualité. Photo d'archives

Face au revirement de la situation et la machine arrière du gouvernement à propos de l'application du Plan sectoriel de l'éducation (PSE), les membres de la société civile qui ont signé le PSE déplorent vivement une décision qualifiée d'unilatérale du gouvernement, lequel entend ainsi abandonner des dispositions jugées importantes de ce plan sectoriel.

En fin de semaine, dans un communiqué, la société civile n'y est pas allée du dos de la cuillère en affirmant que : « Le ministère de l'Education Nationale et de l'Enseignement Technique et Professionnelle, à travers son ministre, a récemment déclaré faire marche arrière par rapport au PSE, en annonçant un retour à l'ancien calendrier scolaire et le maintien du CEPE qui sont parmi les principales barrières pour l'éducation fondamentale de 9 ans. Malgré un appel initial au dialogue, le Premier ministre a confirmé cette décision unilatérale du gouvernement. Cette décision est d'autant plus incompréhensible que l'actuel Premier ministre a aussi signé et endossé ce PSE en tant que représentant d'un organisme international (OIT), partenaire de l'Etat, pour l'intérêt supérieur des enfants malagasy et pour éviter ou réduire l'exploitation et le travail des enfants ».

La remise en question du PSE, ou de certaines dispositions qu'il contient, ne constitue pas ainsi un obstacle aux yeux des membres de la société civile signataires du PSE. En revanche, la décision de l'actuel gouvernement, qui va à l'encontre de l'esprit de réforme et de la démarche participative et inclusive dans laquelle a été élaboré pendant quelques années ce PSE, ne sont pas de bons signaux en faveur de l'égalité des chances face à l'accès à une éducation de qualité à Madagascar.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.