Cote d'Ivoire: Recettes fiscales au deuxième trimestre - La DGI mobilise plus de 700 milliards de FCFA

Les recettes fiscales, au terme du deuxième trimestre de l'année, s'élèvent à 702,1 milliards de FCFA pour un objectif de 703,2 milliards. Au regard de ce résultat, l'on note un écart négatif de 1,1 milliard de FCFA soit un taux de réalisation de 99,8%.

S'agissant du premier semestre la direction générale des impôts a mobilisé 1 193,2 milliards de FCFA pour un objectif de 1 196,5 milliards de FCFA. Il en découle un écart négatif de 3,3 milliards pour un taux de réalisation de 99,7%. Cependant, a fait remarquer le directeur général des Impôts, Ouattara Sié Abou, ce résultat global est en hausse de 7,3 % par rapport à celui de la même période de l'année 2018.

C'était hier à l'hôtel Radisson Blu, à l'ouverture du séminaire bilan 2ème trimestre et 1er semestre et perspectives pour le 3ème trimestre 2019. Malgré ces résultats mitigés, Ouattara Sié Abou a adressé ses encouragements aux agents pour les « efforts soutenus et constants dans la réalisation des objectifs assignés à la DGI. »

Il les a exhortés à doubler d'ardeur pour l'atteinte de l'objectif du troisième trimestre 2019, établi à 630 milliards de FCFA. « La réalisation de cet objectif est à notre portée au regard du potentiel économique de la Côte d'Ivoire et de notre organisation qui se renforce chaque jour un peu plus avec l'appui des nouvelles technologies qui simplifient et assurent la rapidité et la fluidité dans l'exécution de nos tâches », a-t-il indiqué.

Aussi les at-il invités à s'approprier les nouveaux outils de gestion dont la généralisation est en cours. Il s'agit, entre autres, du Système intégré de gestion des impôts en Côte d'Ivoire (SIGICI).

Ouattara Sié Abou a également insisté sur la nécessité d'élargir l'assiette et de maitriser le fichier des contribuables gérés par l'administration fiscale. « ... c'est à partir de l'élargissement de l'assiette fiscale que nous pourrons mieux appréhender le secteur informel dont les efforts pernicieux pénalisent les efforts de croissance de notre pays », a-t-il noté.

Enfin, le directeur général des impôts a mis l'accent sur l'élargissement fiscale et le suivi du recouvrement de l'impôt foncier afin « d'optimiser le rendement de cet impôt dont les résultats sont encore en deçà de nos attentes », a-t-il dit.

Jugeant la contre-performance de la DGI, pour le deuxième trimestre et le premier semestre 2019, « légère », le directeur de cabinet adjoint du secrétaire d'Etat chargé du Budget et du Portefeuille de l'Etat, Yaya Keho, a, cependant, noté « une progression appréciable » de 7,3% par rapport à 2018.

Il a rappelé que les défis à relever pour le second semestre seront, entre autres, l'accélération et l'exécution du plan annuel de contrôle général, le contrôle de la redevance industrielle, le renforcement du recouvrement des arriérés, l'intensification du contrôle conjoint DGI-DGD, etc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.