Afrique: Journée mondiale de l'aide humanitaire 2019

Photo: FAO
Rumber, : Une femme soutenue par la FAO porte un sac de semences.

De nos jours, un nombre sans précédent de personnes doivent affronter des crises humanitaires. Des conflits armés, des catastrophes naturelles, des maladies et des persécutions violentes ont   contraint plus de 70 millions de personnes   à fuir de leurs lieux d’habitation.

Les femmes et les filles sont souvent fortement affectées par les crises, mais elles sont aussi à l’avant-plan en matière de redressement et de résilience. Cette année,   la Journée mondiale de l’aide humanitaire   (qui sera célébrée le 19 août) rend hommage aux travailleuses et travailleurs humanitaires qui sont en première ligne dans leurs communautés pour soutenir les personnes ayant besoin d’aide.

On compte   plus d’un demi-million de travailleurs humanitaires   sur les lignes de front de la guerre et des catastrophes à travers le monde. Environ 40 pour cent sont des femmes, dont beaucoup sont à l’œuvre dans les régions les plus dangereuses de la planète. Les femmes sont souvent les premières à réagir lorsque surviennent des crises, et les dernières à s’en aller une fois que celles-ci prennent fin. Leurs efforts jouent un rôle essentiel dans la survie et la résilience des familles et des communautés.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, faites connaître les histoires de femmes extraordinaires qui affrontent chaque jour d’énormes défis dans des situations humanitaires presque insurmontables, luttant pour assurer un avenir meilleur et plus sûr pour toutes et tous.

Principaux reportages

« Aborder les problèmes d’égalité des sexes et de protection dans le cadre de l’action humanitaire sauve des vies, et la planification et la budgétisation doivent en tenir compte »

Madina Mousa, Syrian refugee and Protection Supervisor at the Women’s Empowerment Organization (WEO) in Iraq. Photo: UN Women/ Said Elmobasher

« Je ne pouvais demeurer impassible devant la misère »

Assurer des services publics aux femmes migrantes vénézuéliennes

Graphique

Il est estimé qu' 1 femme réfugiée ou déplacée sur 5 dans un contexte humanitaire complexe a vécu une expérience de violence sexuelle – sans doute une sous-estimation étant donné les barrières mises au fait d'en parler. 60 % des décès maternels qui pourraient être évités se produisent dans des situations de conflit, de déplacements et de catastrophes naturelles. Les filles sont 2,5 fois plus susceptibles d’être déscolarisées dans les pays touchés par des conflits que leurs homologues des pays sans conflit.

Médias sociaux

Chaque catastrophe affecte les femmes, chaque réponse doit inclure les femmes.

Aidez-nous à faire passer le message en utilisant les hashtags #FemmesHumanitaires (français), #WorldHumanitarianDay et #WomenHumanitarians (anglais) et #TrabajadorasHumanitarias (espagnol).

Un kit de médias sociaux avec des graphiques et des suggestions de messages en plusieurs langues peut être consulté ici.

Suivez-nous

@un_women,   @onumujeres ,   @onufemmes ,   @sayno_unite ,   @phumzileunwomen   sur Twitter
UN Women,   ONU Mujeres ,   ONU Femmes ,   Say NO - UNiTE   sur Facebook
UN Women   et   Say NO – UNiTE   sur Instagram
UNWomen sur Snapchat
UN Women sur Google+
UN Women sur LinkedIn
UN Women sur Pinterest

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.