Cote d'Ivoire: Politique de commercialisation du cacao - La Plateforme des sociétés coopératives soutient le gouvernement

Yao Ehora, président de la Plateforme des sociétés coopératives de café et de cacao de l'Indénié-Djuablin, soutient le gouvernement dans sa politique de commercialisation du binôme café-cacao. Au cours d'un point de presse, il a apporté un démenti formel à des propos tendancieux qui lui ont été prêtés dans un journal en ligne dans sa parution du lundi 22 juillet 2019 avec pour titre « Abidjan et Accra se plient aux exigences des multinationales ».

« Je tiens à préciser que je ne me reconnais ni de près, ni de loin dans les propos que m'a attribué M. Edmond Konan du journal en ligne " Afrique Matin".

Et je le cite : "Quand on ne consomme pas soi-même ce que l'on produit et qu'on ne peut pas transformer même 5% de sa production, on ne peut pas oser se battre contre plus fort que soit. Il faut être sûr de gagner un combat avant de lancer les hostilités.

Nous saluons ces deux grands pays producteurs d'avoir renoncé si vite avant de sacrifier les producteurs". Fin de citation. Ces écrits n'engagent que son auteur », a-t-il clarifié tout en exposant sa version des faits. En effet, Yao Ehora dit avoir plutôt sensibilisé à la consommation du chocolat en ces termes : « l'Etat doit sensibiliser afin que la consommation du chocolat entre dans les habitudes alimentaires des populations depuis l'école maternelle ».

Le planteur qui reconnaît les efforts du gouvernement ne peut cacher sa joie : « Aujourd'hui, force est de reconnaitre que le gouvernement, est en train de mener des actions en vue d'améliorer les conditions de vie de nos parents paysans. Une action salutaire à tout point de vue, que nous soutenons sans réserve.

Et ce ne sont pas nous les sociétés coopératives et singulièrement moi, président de la plateforme des sociétés coopératives de café et de cacao de l'Indénié-Djuablin, qui allons ramer à contre-courant de ce bonheur » a-t-il indiqué.

En outre, Yao Ehora se dit convaincu que la réforme initiée il y a quelques années dans le secteur, s'est traduite sur le terrain par l'amélioration de la qualité du cacao, la formation des producteurs dont bon nombre ont compris la nécessité de se regrouper en sociétés coopératives dans un processus de certification qui leur ouvre des perspectives heureuses.

Autre point notable de la réforme, la mise en place d'une politique hardie pour la commercialisation des produits.

Fort de ces acquis, le responsable des producteurs se dit prêt à apporter sa contribution par des propositions et suggestions pertinentes pour un développement durable du binôme café-cacao. Et cela, dans la perspective de la lutte contre la pauvreté en milieu rural.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.