Cote d'Ivoire: Lutte contre l'orpaillage clandestin - Joseph Séka Séka met les populations en mission

Joseph Séka Séka, vice-président du RHDP et cadre du département de Yakassé-Attobrou ne veut plus de l'orpaillage clandestin dans sa région. Jeudi dernier, il a donné de la voix à l'occasion d'une journée socioculturelle dénommée " Aveu Diangobo " qui a réuni les populations et cadres de Diangobo, localité située dans le département de Yakassé-Attobrou.

En tant que ministre de l'Environnement et du Développement durable, Joseph Séka Séka a expliqué aux populations les dangers liés à cette pratique avant de les inviter à faire front contre ce fléau. « Nous devons éliminer tout ce qui nous donne des maladies. Tout ce qui nous tue.

C'est pour cela, mes chers parents, je voudrais vous parler à trois titres. D'abord en tant que votre fils et parent. Deuxièmement, c'est en tant que médecin et troisièmement en tant que ministre de l'Environnement et du Développement durable.

C'est à ce dernier titre que chers parents je vous parle. Les notables, les jeunes, les femmes et particulièrement la Mutuelle de développement de Diangobo, je voudrais vous mettre en mission afin qu'ensemble, vous nous aidiez à combattre l'orpaillage clandestin dans le département de Yakassé-Attobrou et dans les forêts de Diangobo.

Nous devons combattre l'orpaillage clandestin », a-t-il recommandé. Patron de la cérémonie, le ministre ne s'est pas arrêté là. Il s'être longuement étalé sur les produits nocifs utilisés dans ce domaine et a fait savoir que cette pratique est source de nombreuses maladies incurables dont des maladies pulmonaires et des maladies d'yeux.

« Combattons l'orpaillage clandestin qui donne des maladies », a-t-il insisté. Outre ces raisons, il a indiqué d'autres motifs pour lesquels les populations doivent s'abstenir de céder des parcelles aux orpailleurs clandestins : « Si nos parents avaient vendu ces terres aux orpailleurs clandestins nous n'en aurions pas aujourd'hui. Nous serions morts de faim parce que nous n'aurions pas à manger ».

Ce message du ministre a été bien perçu par les cadres et populations du département qui ont pris l'engagement d'y veiller.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.