Cameroun: Kye Ossi, la ville plongée dans le noir

La ville frontière de Kye Ossi souffre depuis de nombreuses années du manque d'électricité. L'absence de courant impose aux habitants l'achat de générateurs qui tournent en permanence.

A plus de 275 kilomètres de Yaoundé, la ville frontière de Kye Ossi est une plaque tournante de l'économie camerounaise.

Pourtant, cette ville manque de courant électrique.

Abandonnée à elle-même, la population se débrouille comme elle peut pour pallier les coupures d'électricité en installant des générateurs pour pouvoir s'alimenter. Les ronflements des groupes électrogènes se font entendre jour et nuit.

Vrai contraste avec les villes voisines

A quelques centaines de mètres à peine, la Guinée équatoriale et le Gabon sont alimentés en électricité vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Ce qui crée de la frustration chez les habitants de Kye Ossi. Pierre y vit depuis sa naissance et il a l'impression que cette ville est oubliée par les pouvoirs publics.

"Ceux qui sont à Yaoundé ou à Douala prétendent que le Cameroun livre de l'énergie électrique au Gabon et à la Guinée équatoriale. Mais vous êtes sur place, est-ce que vous avez vu la lumière ici? Il n'y en a pas. La nuit c'est la honte. Toute la frontière est éclairée et ici il n'y a rien", se désole Pierre.

Bientôt de l'électricité ?

Les installations électriques présentes n'ont jamais fonctionné, selon les habitants de la ville. Mais les autorités affirment que le raccordement au réseau est imminent. C'est ce qu'explique Jean-Marie Zue Zue, l'adjoint au maire de Kye Ossi.

"Notre centrale est fonctionnelle. Il reste seulement à finaliser le contrat de rétrocession de la centrale d'Eneo. Cela est en cours. Je pense que dès la finalisation de ce contrat, la lumière pourra être donnée vingt-quatre heures sur vingt quatre. Kye Ossi ne sera plus dans le noir."

La ville de Kye Ossi abrite le plus grand poste douanier camerounais installé à la frontière avec la Guinée équatoriale et le Gabon.

Ce manque d'électricité est mal vécu par la population car la ville verse par ailleurs des milliards de francs CFA de droits de douane au trésor public. Mais en retour, il semble n'y avoir aucune volonté politique de développer la localité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.