Cote d'Ivoire: Ligue 1 (saison 2019-2020) - La SOA sous la menace de 13 «assaillants»

Qui pour succéder à la Société omnisports de l'armée (SOA) ? Logiques champions 2019 au terme d'une saison bien maitrisée, les Militaires remettent en jeu leur titre dès ce samedi 17 août avec la première journée de la nouvelle saison.

13 autres formations sont sur la ligne de départ pour animer les 182 matchs de ce 63ème Championnat de 1ère division. Au nombre desquelles les deux promus, Sol FC d'Abobo et Issia Wazi. Cinq stades, en attendant la rénovation du Stade Robert Champroux de Marcory, serviront de cadre aux 26 journées.

Que valent les 14 formations en lice ? Elles ne manquent certainement pas d'arguments même si elles n'ont pas les mêmes objectifs. Dans un championnat comme celui-ci, chaque formation vient avec ses moyens et ses ambitions. La SOA veut conserver sa couronne Au sein de la caserne, le mot d'ordre est clair.

Bien qu'engagée sur plusieurs tableaux, la SOA n'a qu'un objectif prioritaire. Bien sûr en ce qui concerne les joutes locales. Il s'agit pour le capitaine Ange Pondé et ses camarades de conserver le titre acquis, pour la première fois, lors de l'exercice écoulé.

Pour y parvenir, le Colonel Koné Mamadou a dû sortir le chéquier pour conserver non seulement son effectif mais aussi en le renforçant avec les arrivées de Soumahoro Mohamed (Moossou FC), Boko Kokouvi Marco du Togo, des Ghanéens Frimpong Maxwell et Okopou Nyamse et du Camerounais Messi Eka.

Pour cette nouvelle saison, Aka Jean-Baptiste, désigné meilleur entraîneur, se basera à nouveau sur ce qui a fait la force de son groupe, la saison écoulée. La confiance entre les joueurs et le staff technique. Et avec une classe dirigeante rompue à la gestion sportive, les Militaires demeurent de sérieux prétendants à leur succession.

Ils en ont donné la démonstration face au FC San Pedro, dynamité en Supercoupe Félix Houphouët-Boigny (3-0). Le FC San Pedro, franchir le pas de plus Vice-champion et vainqueur de la Coupe nationale 2019, le FC San Pedro peut revoir ses ambitions à la hausse en toute légitimité. Pour cette 4ème saison dans l'élite, les Pétrussiens viseront, en plus du titre national, un second pacte avec Dame Coupe.

«Nous avons beaucoup d'ambitions cette année et nous pensons avoir eu la préparation nécessaire pour y faire face», a confié récemment l'entraîneur Jani Tarek. Mais le technicien tunisien devra composer avec des départs et non des moindres.

Capitaine des Portuaires depuis deux saisons, le défenseur central Ousmane Ouattara s'est exilé du côté de Vita Club en RDC, tout comme Zouzou Carlos et Djeny Ruffin, tous deux au TP Mazembe. Il y a aussi l'attaquant Anicet Oussou parti en Suisse (FC Sion). Des titulaires qu'il faut remplacer au plus vite.

Et avec les arrivées de N'Guessan Privat, Cheick Amadou (Moossou), Kramo Aubin (Africa), Zan Bi Roland (WAC),... , la mayonnaise ne devrait pas tarder à prendre.

L'Asec Mimosas, objectif le titre Malgré un statut de club le plus titré avec 26 trophées de championnat à son actif, l'Asec est insatiable. Les jaune et noir, comme à l'entame de chaque saison, ont un seul objectif. Remporter toutes les compétitions dans lesquelles elle est engagée. Et la Ligue 1 est bien l'objectif prioritaire.

Après s'être séparé de son entraîneur Amani Yao et confier l'équipe professionnelle à Julien Chevalier, Me Roger Ouégnin affirme clairement les ambitions de l'équipe. Exemptés de compétition africaine, les jaune et noir lanceront leur dévolu pour le championnat. Et aussi la Coupe nationale.

«Nous avons l'obligation d'être champions si on veut jouer la Ligue des champions», a confié le président de la section football, Baky Koné, lors de la «Journée portes ouvertes». Entraîneur principal, Chevalier pense même qu'on ne fixe pas d'objectifs à l'Asec. Un grand club, a-t-il dit, qui a l'obligation de gagner des titres chaque année.

Et pour réussir sa mission, il a libéré 20 joueurs et en a recruté 13 dont l'attaquant Kisito Yessoh en provenance du championnat égyptien et Adama Barro du Burkina Faso. Le club enregistre également le retour du milieu offensif togolais Komlan Agbeniadan.

C'est un groupe de 32 joueurs que l'Asec entame le nouvel exercice avec pour objectif d décrocher le 27ème titre de son histoire. Le Racing Club Abidjan et ses bonnes manières Le Racing Club d'Abidjan ne veut pas changer ses habitudes.

A vocation formateur, le club va faire encre confiance à ses jeunes. A cet effet, l'entraineur Bagaté Bassiriki a fait monter 8 jeunes qui seront encadrés par les anciens de la maison dont Ouattara Brahima.

Pour espérer faire pareil et même mieux que la 4ème place de l'exercice écoulé, les Lions se sont également renforcés avec des joueurs aguerris dont le milieu de l'Africa Seydou Nacanaba, Bamba Latif du FC San Pedro, Folly Charles du Sporting Club de Gagnoa.

Dans leur base du Camp militaire de Yopougon, les hommes du président Cissé Logossina n'entendent pas perdre leurs bonnes manières.

Avec son football chatoyant, le Racing veut continuer à titiller les cadors. Pour le bonheur des adeptes du beau jeu.

L'AFAD, des objectifs très modestes A l'AFAD, on ne fait pas la fine bouche. Finies les années (2011 et 2012) où l'équipe vise les sommets. Dixièmes du dernier exercice, les Afadistes ne veulent pas se mettre la pression et se fixent des objectifs tout de même réalistes.

Après le départ de son entraîneur Maxime Gouaméné, nommé sélectionneur de l'équipe nationale A', les dirigeants ont confié l'équipe à Yonsian Alain. Ce dernier a pour mission de maintenir l'équipe en Ligue 1.

Une aventure qu'il fera sans le meilleur buteur, Guédé Gnadou Joseph, parti au Maroc. Mais l'ancien coach adjoint pourra compter sur la présence du capitaine d'équipe Dogou Ourega, d'Ousmane Gnada, Luc Kacou, du portier Edan Ulrich et Sacré Behinan.

A ces anciens viennent s'ajouter cinq minots de la réserve, en plus des recrues telles que Diaby Abdoul du Denguélé et Ettien Kouakou du WAC. Le Sporting Club de Gagnoa en mode rédemption.

L'élection de son président Yssouf Diabaté à la tête de la municipalité a énormément affecté le rendement de l'équipe. Malgré la nomination de Fadel Keïta en qualité de président intérimaire, le Sporting Club de Gagnoa n'a pu mieux faire qu'une triste 11ème place.

Un rang indigne des hommes du Fromager qui sont en mode rédemption. Pour cette saison qui peut être qualifiée de celle du rachat, le Sporting s'est attaché les services d'un technicien chevronné, expérimenté, en la personne de Traoré Siaka dit Gigi.

L'ancien technicien de l'Asec Mimosas a attiré sous le Fromager 10 recrues (Zougoula Kevin, Koné Modibo, Lida Yann, Dah Ollo et Kangoh Simon) et a fait monter quatre jeunes pour sa mission.

En outre, il devra composer avec 11 anciens restés fidèles au club dont Blego Constant, Coulibaly Tiécoura, Kaba Mohamed. Investis des pleins pouvoirs, Gigi travaille à amener le Sporting vers les sommets.

Et pourquoi pas une place sur le podium ? L'AS Tanda vise le podium Peut-on parler de l'AS Tanda sans évoquer ses deux sacres consécutifs de 2015 et 2016 ?

Deux titres nationaux qui ont fait vibrer toute une région : celle du District du Zanzan à l'Est du pays. Trois ans après la formation chère au président Cévérin Yoboua Kouabenan est à la recherche de son lustre d'antan.

Les Etoiles du Zanzan peinent à luire, à éclairer le ciel noir de cette région. Le recrutement d'Oussou Israël en qualité d'entraîneur principal s'inscrit dans cette ambition de faire de l'AS Tanda, l'une des meilleures formations du pays.

Appuyé par le directeur sportif, Aka Kouamé Basile, il aura pour mission de faire oublier les deux dernières saisons difficiles vécues par l'équipe. A la tête d'une équipe jeune de 26 jours dans laquelle Kossonou Andrès, Dapé Marius et trois autres font office d'anciens, l'ancien technicien du Sporting connaît très bien les attentes des dirigeants.

«Mon objectif se confond avec celui du club, admet-il. Je veux ramener Tanda au firmament». Ce qui veut clairement dire qu'Oussou et ses hommes joueront à fond le haut du tableau. L'USC Bassam, ne plus revivre la même galère.

Que vaut la cuvée 2019-2020 de l'USC Bassam ? «Nous sommes plus forts que la saison dernière», répond l'entraîneur Boudo Mory. Cela sous-entend très bien que le technicien ne veut plus vivre la galère de la saison écoulée avec une 12ème place, premier non relégable.

Au moment d'entamer une 3ème saison consécutive en Ligue 1, les Insulaires semblent avoir des certitudes malgré le départ de certains joueurs cadres dont le meilleur buteur du club, Koné Abdoulaye, et une quinzaine d'autres libérés.

Des espoirs nés du recrutement de Koné Mohamed dit «Medjo». Le milieu de terrain, transfuge de l'Asec Mimosas, vient renforcer une équipe qui enregistre également les arrivées de Yopini Hervé (Sporting), Gahé Didier (Burkina), Guédé Romaric.

Annoncé sur le départ, Maïga Koimizo va continuer à illuminer le jeu des insulaires aux côtés d'anciens tels que le capitaine Samaké Sékou et Diallo Bakary, qui sera incontestablement le nouveau leader de l'attaque.

Mais pour espérer franchir un cap comme cela est attendu du côté de la première capitale du pays, il faudra un jeu avec plus d'animation. Reconnu pour son jeu tourné vers la défense, Boudo Mory doit revoir ses plans.

Au risque de subir le jeu de ses adversaires à nouveau. L'ASI Abengourou, l'opération sauvetage Après une intersaison des plus troubles, ce n'est que le lundi 29 juillet dernier que le club a démarré sa préparation.

Avec le départ de son président, Adou Bernard, la formation de l'Indénié ne savait pas à quel saint se vouer. Heureusement que l'entraîneur Koffi Marcellin n'a pas déserté la maison. En homme conscient et encore sous contrat, il a su rassurer les anciens à continuer l'aventure dans la Cité de la Paix.

C'est donc avec un effectif de 23 joueurs dont 20 anciens (Koffi Marcellin, Diomandé Namory, Diomandé Moriba, Brou Fortuné,... ) que les Princes de l'Indénié vont entamer la nouvelle saison. Convaincu que la mission ne sera pas du tout aisée avec une préparation au pied levé, une préparation bâclée en quelque sorte, l'entraîneur Koffi Marcellin n'entend pas en rajouter au stress de ses hommes.

Ainsi, il se fixe pour unique objectif de maintenir l'ASI dans l'élite. Une vraie opération sauvetage qui débutera par l'Africa Sports d'Abidjan.

L'Africa Sports, la grosse honte Malgré son statut de patrimoine de la Côte d'Ivoire, l'Africa s'affirme chaque année comme la grosse honte du football ivoirien. Incapable de se construire et surfant sur son passé glorieux des années de Simplice de Messe Zinsou, le club vert et rouge patauge dans la boue au moment où s'ouvre la nouvelle saison.

Tiraillés entre deux camps qui se disputent la présidence, il est difficile de parier sur les Aiglons qui disputeront le championnat.

Alors que Vagba Alexis a hérité de la fiche d'engagement de l'équipe, Bahi Antoine avance avoir également eu l'aval du président de la FIF pour constituer une équipe pour la saison. A l'arrivée, l'Africa se retrouve avec deux équipes prêtes à participer au championnat.

Honteux tout ça ! Bouaké FC et ses rêves de titre 200 millions F CFA ! C'est le budget de la nouvelle saison du FC Bouaké. Et ce n'est pas pour jouer les seconds rôles. Mais plutôt être parmi les prétendants au titre.

«Si la SOA l'a fait, pourquoi pas Bouaké», s'est interrogé le président de la formation du Gbêkê, Diabaté Issa. Cinquième du dernier exercice, Bouaké FC nourrit de grandes ambitions au moment où s'ouvre la saison 2019- 2020.

Toujours à la tête de l'encadrement technique, Ouattara Mamadou veut aussi profiter de la confiance de ses dirigeants pour offrir à Bouaké ce qu'elle attend de si cher. Et il pense que ses garçons sont en mesure de relever le défi.

S'il est conscient que le départ de Traoré Djakaridja (AS Douane du Burkina Faso) et de Kipari Mamadou (Asec) constitue de grosses pertes, il fait entièrement confiance aux anciens encore place pour encadrer les nouveaux dont les trois Ghanéens Salomon Opoku d'Abia Warriors, deux fois meilleur buteur, du portier Richard Anssou et Despo Amonsa. Ouattara Adama (LYS Sassandra) et Kuyo Arthur (Racing Club Abidjan) feront partie de cette nouvelle aventure de Bouaké qui se fixe pour objectif le titre national.

Le WAC, revenir au sommet Les Guêpes ont terminé l'exercice écoulé à la 7ème place après avoir longtemps pataugé dans le bas du classement.

Une saison à vite oublier pour le président Abackar Koné et ses hommes qui veulent se rappeler au bon souvenir des sportifs ivoiriens.

Même si les Guêpes vont tenter le pari sans leur capitaine, Ettien Kouakou, des frères N'Da (Jean Francis et Jean Willy) et Zan Bi Roland qui s'est exilé au FC San Pedro, ils pourront compter sur Mofossé Karidioula, Yoboué César,... , le Togolais Samboa Abdel Aziz et surtout l'attaquant sud-africain de 35 ans, Bennet Jerry Chenene.

Passé par les Orlando Pirates et Supersport United, il devra apporter son expérience à une équipe qui aura en son sein 6 éléments de la réserve. C'est donc ce groupe qui aura la lourde responsabilité de réaliser le vœu du club qui est d'accrocher une place africaine. «Le WAC nourrit de grandes ambitions cette saison.

Nous voulons aller le plus loin possible avec une place africaine à la clé», a prévenu l'entraîneur marocain des Guêpes, Rachid Ghaflaoui. Issia Wazi, réussir le come-back Quel objectif autre que le maintien peut nourrir une formation qui retrouve l'élite sept années après l'avoir quitté ? Le maintien et rien d'autre.

Et oui, ce sera l'unique objectif des Indomptables qui retrouvent la Ligue 1. Avec 18 nouveaux joueurs sur un effectif de 29, la formation si chère à la présidente Ginette Ross ne se mettra pas de pression supplémentaire.

En s'attachant les services de Gbelia Guillaume (ex-entraîneur de Moossou FC), Issia veut réussir son comeback. Celui de se maintenir dans l'élite. SOL FC, bien apprendre 13 ans après sa création en 2006, Souleymane Sanogo a réussi le mérite d'amener son équipe en Ligue 1. Après avoir dominé le groupe B du Championnat de Ligue 2, Sol FC a battu Issia Wazi pour s'adjuger le titre honorifique de champion de Ligue 2.

Un nuage sur lequel les Abobolais entendent surfer pour leur première dans l'élite. Avec un groupe bâti autour du meilleur joueur de la Ligue 2, Djè Kouassi Eugène, la formation de la commune du ministre d'Etat, ministre de la Défense, maire d'Abobo, Hamed Bakayoko, entend bien apprendre.

Avec un recrutement malin, Sol FC peut tout aussi nourrir d'autres ambitions. Faire mieux qu'apprendre. «Nous sommes prêts pour la Ligue 1. Nous sommes un club professionnel et cela nous aidera à réussir nos premiers pas dans l'élite», a confié l'entraîneur Savané Vassiriki.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.