Burkina Faso: Fronde sociale - Les syndicats tiendront un meeting de protestation le 31 août et le 16 septembre

document

Le samedi 17 août 2019, l'UAS a tenu une rencontre nationale à la Bourse du Travail de Ouagadougou. Première du genre, la rencontre, qui coïncide avec les 20 ans de l'UAS, a réuni près de cinq cents délégués venus de l'ensemble des régions du pays.

Après avoir fait observer une minute de silence à la mémoire des camarades disparus, le porte-parole de l'UAS, Georges Yamba KOANDA a livré un mot introductif à la rencontre.

Faisant le point des relations avec le gouvernement, il a relevé la non-tenue de la rencontre annuelle Gouvernement/Syndicats depuis 2017. Il a indiqué que la situation du monde du travail est aussi marquée par :

- le blocage de la révision du Code du Travail notamment par le patronat qui rejette les propositions de l'UAS;

- la non mise en œuvre d'engagements importants du gouvernement relatifs notamment au check off, aux permanents syndicaux, à la signature et la mise en œuvre de l'arrêté portant tarifs de transport pour les agents publics affectés, à la mise en place d'un fichier informatique du foncier, à la prise des textes et mesures d'application de la loi N° 034-2009/AN du 16 juin 2009 portant régime foncier rural pour éviter les expropriations abusives des paysans, à l'adoption des différents textes nécessaires à la mise en œuvre des élections professionnelles, au relèvement des salaires des travailleurs du privé, à la finalisation de l'étude en vue de la prise en compte des indemnités et autres accessoires dans le calcul de la pension des fonctionnaires, y compris les fonctionnaires détachés, à la réouverture des gares ferroviaires, à la prise sans délais de mesures nécessaires en vue de recouvrer l'ensemble des biens et fonds expatriés, au passage de la RTB et des Editions Sidwaya au statut de sociétés d'Etat, à l'instauration de l'équité salariale dans la fonction publique (bien entendu dans la préservation des acquis des travailleurs), etc.

- les atteintes graves aux libertés démocratiques et syndicales.

Face à ces nombreuses préoccupations, la rencontre s'est fixée pour objectifs d'échanger et de dégager les actions à mettre en œuvre pour contraindre le gouvernement et le patronat à traiter avec plus de sérieux les préoccupations des travailleurs et d'exiger du gouvernement la fin des atteintes aux libertés démocratiques et syndicales.

La rencontre nationale a salué l'initiative, félicité le PDM et la Coordination nationale de l'UAS pour la stratégie développée face à un gouvernement qui s'illustre dans la remise en cause des acquis des travailleurs, ainsi que des libertés démocratiques et syndicales. Elle a apprécié le contenu du mot introductif dont ils ont développé certains points.

Les échanges ont permis de formuler des recommandations, d'adopter une plate-forme revendicative et de retenir des actions fortes à même de contraindre le gouvernement à respecter les organisations syndicales et les travailleurs.

I. RECOMMANDATIONS

- l'élargissement de la base de la lutte en associant d'autres organisations démocratiques de la société civile;

- la dynamisation des structures de l'UAS dans les régions avec le concours des structures nationales ;

- le soutien de l'UAS aux luttes sectorielles ;

- l'interpellation du gouvernement pour un examen sérieux des préoccupations des travailleurs de la santé au regard de la sensibilité dudit secteur ;

- la saisine du BIT sur les atteintes graves à la liberté syndicale.

II. PLATE-FORME MINIMALE

1. Traitement du préalable posé par l'UAS et portant sur l'IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du privé et du parapublic;

2. Respect de la liberté syndicale notamment des conventions 87 et 98 et arrêt des atteintes à la liberté syndicale (droit de sit-in, arrêt de la répression de l'Alliance Police Nationale, ... .) ;

3. Finalisation de la révision du Code du Travail dans le respect des dispositions des conventions de l'OIT et des avis pertinents du BIT ;

4. Retrait du Code pénal révisé dont les nouvelles dispositions portent atteinte aux droits fondamentaux du peuple (liberté d'expression, droit à l'information, à l'insurrection, ... ) ;

5. Autopsie des corps de Balima HAMA et de CISSE Fahadou, dirigeants de l'ODJ assassinés dans le Yagha ;

6. Vérité et justice sur les différents cas de crimes de sang et de crimes économiques;

7. Arrêt du pillage des richesses nationales : or (cas du fonds spécial minier, du charbon fin), zinc, Restes à recouvrer, etc. ;

8. Respect de la loi relative aux tarifs sur la taxe des produits pétroliers ;

9. Mise en place d'un fichier informatique du foncier et relecture des lois sur le domaine foncier national en vue d'éviter les expropriations abusives des paysans ;

10. Révision de la convention du Rail avec Bolloré en vue de privilégier les intérêts des populations ;

11. Respect de la liberté de manifestation sur la voie publique (sit-in, meetings, marches, ... ) ;

12. Respect des engagements pris par le gouvernement vis-à-vis de l'UAS et des autres partenaires sociaux ;

13. Garantie du droit à la sécurité des populations ;

14. Suppression de la taxe sur les véhicules à moteur et prise en charge par l'Etat des frais de ré-immatriculation des véhicules ;

15. Passage de la RTB et des Editions Sidwaya en sociétés d'Etat.

III. ACTIONS IMMEDIATES DE LUTTE :

- Samedi 31 août 2019 : meeting sur l'ensemble du territoire national

- Lundi 16 septembre 2019 : marche-meeting sur l'ensemble du territoire avec préavis de grève

- 24 septembre : panel

Les délégués se sont quittés avec l'engagement ferme de préparer les actions retenues en vue de leur assurer un succès éclatant.

La rencontre nationale

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.