Sénégal: Renforcement des stratégies inclusives pour la paix en Casamance - La Coscpac appelle à la synergie à l'échelle de la sous-région

La coordination sous régionale des organisations de la société civile pour la paix en Casamance (COSCPAC) y compris celles de la Gambie et de la Guinée Bissau, a tenu sa première assemblée générale ordinaire avant-hier samedi 17 août à Sédhiou.

L'instance a servi de tribune aux membres du bureau exécutif de faire le bilan des activités déroulées et de faire des projections dans les nouvelles stratégies de mobilisations pour amener les différentes parties prenantes à la signature des accords d'une paix définitive en Casamance.

Cette assemblée générale ordinaire de la coordination sous régionale des organisations de la société civile pour la paix en Casamance (COSCPAC) intervient trois ans après celle constitutive avec 176 organisations membres dont 20 de la Guinée Bissau et 26 de la Gambie et qui avaient mis en place l'organe exécutif en février 2016 à Ziguinchor.

«Il a surtout été question de partager avec l'ensemble des acteurs de la société civile les activités que nous avons déroulées durant ces trois dernières années.

Nous avons noté des progrès significatifs dans le rapprochement des différentes positions que ce soit du côté du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) et de l'Etat du Sénégal » a déclaré Henry N'decky le coordonnateur de la COSCPAC.

Et de poursuivre «cela est rendu possible grâce à l'implication de toutes les organisations de la société civile du Sénégal, de la Gambie et de la Guinée Bissau.

Nous nous réjouissons de l'accompagnement de la fondation AJWS qui a mis des ressources à notre niveau pour l'exécution de notre plan d'actions».

Khalifa Kanté un participant venu de la Gambie dit croire aux résultats d'une synergie en zone de frontière pour mieux impacter sur les attentes. «Il faut un travail d'équipe et en synergie notamment en zone de frontière pour asseoir les bases d'une paix durable.

Dans la zone de Fogny en frontière avec la Gambie, l'ONG COPI de Sindian, de concert avec la COSCPAC a travaillé à raffermir les relations sociales entre les communautés en zone de frontière», a-t-il confié.

Sa concitoyenne et représentante de la COSCPAC en Gambie, Fatou Jalow a insisté sur «l'apport de toutes les bonnes volontés dans la construction de la paix entre nos deux pays frères».

S'exprimant au nom de la délégation guinéenne de Bissau, Osiris Pina Pereira ajoute à son tour que la synergie et la collaboration entre les peuples de la sous-région ouest africaine donneront des chances d'un développement social durable.

L'assemblée générale a salué les efforts jusqu'ici consentis dans le cadre de la recherche de solutions durables avec à la clé l'implication de toutes les couches de la population.

Des recommandations sont aussi formulées pour la poursuite des activités en vue des propositions concrètes des parties prenantes pour enfin aller à la table des négociations et la signature d'une paix définitive en Casamance.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.