Gambie: Le dernier «jungler» auditionné est passé aux aveux

Salle d'audience de la Commission vérité-réconciliation-réparation en Gambie, mise en place en décembre 2017 pour enquêter sur les crimes commis entre juillet 1994 et janvier 2017 (août 2019).

La Commission vérité et réconciliation a conclu une première session consacrée aux « junglers », les anciens hommes de main de Yahya Jammeh. Une session particulièrement riche en révélations.

Finis les secrets, terminées les rumeurs, les « junglers » se sont succédé devant la Commission pour dire leur vérité. Huit de ces anciens hommes de main de l'ex-président Yahya Jammeh ont été entendus en deux semaines. Près d'une centaine d'assassinats ont été évoqués, compris entre 2004 et 2016.

Alieu Jeng, dernier « jungler » auditionné, a fini par admettre sa participation dans 40 assassinats. La machine à tuer était commandée à distance par l'ancien président Yahya Jammeh, selon ses sbires. Il y a dix jours, lors d'une audience difficile, il avait reconnu avoir menti après avoir accumulé les récits contradictoires. Et fini par avouer sa participation dans plusieurs crimes, dont l'assassinat du journaliste Deyda Hydara. Lundi matin, il a également admis sa participation à l'exécution d'une trentaine de migrants ghanées en 2005.

Les victimes et leurs familles ont été bouleversées par cette avalanche de révélations. Elles se sont senties humiliées le jour où le ministre de la Justice a ordonné la libération de quatre soldats sans demander de poursuites.

Deux « junglers » restent en détention dans des conditions qui surprennent l'avocat général. Les soldats ne sont pas à l'isolement. « Vous discutez de la Commission entre vous, n'est-ce pas ? » a demandé l'avocat. « Non, non », a répondu Alieu Jeng. « Et vous pensez qu'on va vous croire ? » s'est agacé l'avocat général. Mettant à nu l'architecture fragile de la Commission vérité, basée sur des paroles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.