Congo-Brazzaville: Quels diplômes délivrent les écoles et instituts privés sans agréments ?

billet

La réponse à cette question est sans hésitation : « Allez-y comprendre », c'est-à-dire des diplômes sans queue ni tête. Ce constat réel soulève la sempiternelle question de certains instituts et écoles privés qui continuent de fouler aux pieds cette condition sine qua non, à savoir l'obtention de l'agrément délivré par les services habiletés de l'Etat afin de dispenser dans toute quiétude des enseignements qui vont être sanctionnés par des diplômes conformes.

Ce désordre est peut-être encouragé par un laisser-aller des services d'éveil et d'inspection pédagogiques, disons-le sans langue de bois, car ce sont ces services qui devraient être plus regardants pour épargner à nos enfants des formations sans suite réelle. Non ! Nous ne disons pas ici que ces écoles et instituts dispensent des enseignements aux contenus obsolètes ou creux, mais nous fustigeons cette anarchie due au manque de « formalisme » de ces écoles qui n'obéissent pas aux lois et règlements de la République.

Oui, ces écoles et instituts participent bel et bien à la lutte contre le chômage des jeunes en recrutant des jeunes professeurs en fin de formation, mais hélas qui instruisent des apprenants dont les diplômes ne seront pas acceptés par l'Etat par manque d'agrément. Ce désagrément touche à la fois le primaire, le secondaire et le supérieur, car quand on essaie de faire le tour des instituts et écoles privés de nos villes en leur posant expressément la question sur les pièces qu'elles détiennent leur permettant d'ouvrir ces établissements de formation, certaines écoles balbutient et d'autres brandissent des agréments provisoires vieux de quatre ans. Donc, elles n'ont pas l'autorisation de dispenser des enseignements continuellement sans êtes inquiétées. Quel désordre !

Nous ne traitons pas ici des critères objectifs qui permettent à un établissement privé d'enseignement technique et professionnel d'obtenir un agrément auprès de l'Etat. Nous notons plutôt avec regret la façon avec laquelle ces instituts et écoles sont en train de tromper les parents et les enfants en leur faisant croire que, même sans agrément, les diplômes qu'ils donnent sont acceptés à l'étranger parce qu'ils sont des succursales de certains instituts privés supérieurs de renommée internationale. Quelle malhonnêteté !

Tenez ! Certains instituts et écoles baignés dans cette « tricherie » ont créé des diplômes « fantômes » dont la signification n'est connue que d'eux-mêmes. Ils vont même plus loin sans gêne aucune en organisant, dans l'euphorie de la libération des examens d'Etat, leurs propres cérémonies d'émulation, de soutenance de mémoires et de remise de diplômes de fin d'année et autres. Quelle tromperie !

On ne peut mettre fin à ce phénomène que si des mesures courageuses sont prises sans la moindre complaisance. Encore que si cette tricherie persisterait le risque est grand de voir le pays se retrouver avec un effectif important de diplômés et finalistes non considérés par l'Etat. Affaire à suivre

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.