Congo-Brazzaville: Musique - La SNPC fait un don d'instruments aux Bantous de la capitale

La gamme instrumentale de dernière génération, reçue la veille de la célébration de la fête de l'indépendance, le 15 août, permettra à l'emblématique orchestre de se redynamiser en faisant retentir l'écho de ses soixante ans d'existence au service de la culture congolaise.

« Les instruments que nous venons de recevoir nous permettront de redynamiser l'orchestre. Nous sommes comblés », a déclaré Edouard Nganga dit Edo, recevant symboliquement une guitare des mains du directeur général de la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), Raoul Ominga. Une table numérique (32 pistes) capable de capturer le son et le traiter au studio, six retours de scène amplifiés, une sonorisation complète composent en partie la gamme instrumentale reçue par les Bantous de la capitale. « Le don va au-delà de ce à quoi nous nous attendions », ont-ils unanimement reconnu. Conscients de la valeur de ces instruments, le ministre de la Culture et des Arts, Dieudonné Moyongo, et le professeur Théophile Obenga n'ont pas manqué d'acclamer l'initiative de ladite société dans le domaine culturel.

En cette année où les Bantous de la capitale célèbrent les soixante ans de leur existence, la SNPC ne pouvait rester en marge d'un moment aussi symbolique, selon le directeur général de l'entreprise, Raoul Ominga. Ce don est donc une manière d'agrémenter le 60e anniversaire de cet orchestre créé le 15 août 1959, chez Faignond à Poto-Poto, soit une année avant l'accession du Congo à l'indépendance. « Nous ne pouvons pas oublier notre culture. Les Bantous de la capitale portent en eux les marques de la culture congolaise. Ils ont consacré leur vie à faire vivre notre culture », a-t-il souligné.

D'ailleurs, toujours en guise de reconnaissance des services rendus à la culture congolaise, le président de la République, Denis Sassou N'Guesso, a élevé l'artiste musicien Nganga Edo (co-fondateur et actuel chef d'orchestre) au grade de commandeur dans l'ordre du Mérite congolais lors de la célébration des festivités de l'indépendance, le 15 août 2019. Du haut de ses 86 ans, le chanteur et auteur-compositeur garde le cap malgré le temps qui passe. Tous ces amis co-fondateurs du groupe, avec lesquels il souhaitait célébrer les 60 ans d'existence de leur ensemble, ont quitté la terre des hommes.

Visiblement, Nganga Edo ne fredonne sur les podiums que pour accompagner la nouvelle génération en l'inculquant l'esprit « bantou » pour perpétuer l'œuvre. « Nous avons recruté des jeunes qui ont accepté notre façon de faire. Avec eux nous allons continuer de faire ce que nous pouvons », a-t-il fait savoir d'un air rassuré que la relève sera assurée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.