Congo-Kinshasa: Session extraordinaire - Un candidat malheureux de Goma tient à siéger à l'Assemblée nationale

« La validation du mandat des élus, l'adoption du programme du Gouvernement et l'investiture du Gouvernement », sont là, les différents points inscrits à l'ordre du jour de la session extraordinaire qui a débuté lundi 19 août 2019, à la Chambre basse du Parlement.

C'est une session extraordinaire de tous les enjeux. Convoquée par le président de la République, Félix Tshisekedi, cette session a bel et bien débuté ses travaux, le lundi 19 août à l'Assemblée nationale.

Cependant, Prince Mundenga, un candidat malheureux aux élections législatives du 30 décembre 2018, dans la circonscription de Goma, continue de rêver à siéger à l'Hémicycle comme député national, bien que n'ayant pas été élu, mais aussi, invalidé par la toute dernière décision de la Cour constitutionnelle, liée aux erreurs matérielles. Ce qui s'apparente à une situation où quelqu'un part à la gare, alors que le train est déjà parti.

Prince Mundenga continue de s'accrocher au profil d'un député, oubliant qu'en dehors du Parlement, il peut assumer d'autres tâches pour servir son pays.

Le petit scénario

La scène se passe à Goma. Le dimanche 18 août 2019 à l'aéroport internationale de Goma, alors que les vrais élus nationaux se précipitaient d'aller à Kinshasa pour répondre à l'appel du Bureau de l'Assemblée nationale convoquant la session extraordinaire, le candidat malheureux Prince Mundenga continue à monter des scénarios pour faire croire à la population qu'il a été discriminé lors des votes. Or en réalité, même sur la liste de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), l'homme n'a pas été élu député national.

Un habitant de Goma qui a assisté au scénario, a exprimé sa désolation sur le comportement de ce compatriote. « En tout cas, cette situation commence à faire étonner beaucoup de Gomatraciens. Il y a même ceux-là qui parlent d'une allure sorcière. Tout Goma sait que Mundenga a échoué aux élections. Pourquoi doit-il réunir les journalistes à l'aéroport pour monter ce scénario? Manque-t-il vraiment autre chose à faire? », s'interroge cet habitant de Goma.

Les dessous des cartes

Il est vrai que les personnes vivant avec handicap ont droit de participer à la gestion de la chose publique, lorsque ces dernières le méritent bien sûre. Certains sources renseignent que Prince Mundenga avait déjà, avant les élections du 30 décembre dernier, des assurances de certaines personnalités du pays qu'il allait être voté pour parler au nom des personnes vivant avec handicap. Malheureusement, la réalité du terrain a été toute autre lors des votes.

Sur une centaine de candidats députés à Goma, il s'est aligné parmi les nonantièmes, trop loin de 5 premiers. Situation qu'il ne veut pas accepter. Après avoir été validé par la première décision de la Cour constitutionnelle, par erreur matérielle, Prince Mundenga refuse de cautionner son invalidation par la même Cour qui a estimé que sa première décision était due aux erreurs matérielles. Le « vrai-faux » député national tient mordicus à créer autant des scénarios pour chercher à siéger par force. « S'il faut mourir, je vais mourir pour cette cause », a tonné Prince Mundenga à l'aéroport de Goma.

Le député national, Patrick Munyomo de l'AFDC et alliés dont le siège est réclamé par Mundenga, dit avoir pitié de cet homme vivant avec handicap.

« Nous sommes étonnés de voir ce qu'il fait tout ce temps-ci contre moi. Mais, je sais qu'il comprendra plus tard que je ne suis pas son obstacle. Son obstacle c'est toutes ces personnes qui le poussent à réagir ainsi. Il reviendra sûrement plus tard à la raison. Moi, je suis serein parce que je suis député national reconnu par la Cour constitutionnelle dans sa dernière décision. J'ai été parmi les 5 meilleurs élus de Goma. Mes électeurs peuvent en témoigner. C'est un chapitre déjà passé », a tranché Patrick Munyomo.

Il sied de souligner que le député national Patrick Munyomo figure parmi les 5 meilleurs élus de Goma. Et ses actions sociales d'envergure dans cette ville lui ont valu la confiance des Gomatraciens qui, à leur tour, lui ont donné leurs voix.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.