Burkina Faso: Déplacés internes - Vite 112 milliards de FCFA pour plus de 270 000 personnes !

A l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de l'aide humanitaire dont le thème cette année est « Femmes humanitaires », le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l'Action humanitaire a organisé une conférence de presse.

Le but de la rencontre avec les hommes de médias était de faire le bilan de l'assistance aux déplacés internes et de procéder au lancement du plan d'urgence révisé du Burkina Faso, qui dont la réalisation requiert 112 milliards de FCFA. C'était le lundi 19 août 2019 à Ouagadougou.

Dans la salle de conférences où s'est tenue la rencontre, Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal était flanquée de Metsi Makhetha, coordonnatrice résidente du Système des Nations unies, ainsi que des représentants des agences des Nations unies et d'ONG humanitaires.

La rencontre avec la presse s'est tenue le 19 août 2019, consacré par les Nations unies « Journée mondiale de l'aide humanitaire ». Pour Mme Ilboudo, le thème de cette année, « Femmes humanitaires », nous rappelle la place importante qu'occupe la femme dans l'action humanitaire.

« Comme le souligne l'ONU, les femmes constituent un grand nombre de tous ceux qui risquent leur vie pour sauver les autres. Elles sont souvent les premières à réagir et les dernières à partir.

Leur présence est plus que jamais nécessaire pour renforcer la réponse humanitaire », a-t-elle ajouté, rendant ainsi hommage à l'autre moitié du ciel et nous nous invitant à « reconnaître le travail immense des femmes à soulager la souffrance humaine en situation de crise ».

Déplacement forcé des populations

L'un des grands défis du moment en Afrique et dans le reste du monde est relatif aux déplacements forcés des populations du fait des conflits, de l'insécurité, des catastrophes naturelles et des crises sociopolitiques.

C'est dans ce contexte que l'Union africaine a consacré l'année 2019 « Année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées internes : pour des solutions durables aux déplacements forcés en Afrique ».

La première responsable du département de la femme et de la solidarité nationale a donné des précisions sur la situation nationale en indiquant : « La situation de ces groupes vulnérables est préoccupante pour le Burkina Faso qui, depuis 2016, enregistre des personnes déplacées internes du fait de l'insécurité.

En fin décembre 2018, on dénombrait 47 826 personnes déplacées internes réparties principalement dans les régions du Sahel, du Nord et du Centre-Nord.

La multiplicité et la récurrence des attaques terroristes à partir de janvier 2019 ont entraîné une crise sécuritaire sans précédent et des affrontements intercommunautaires facilités par la méfiance entretenue entre les communautés qui, jadis, vivaient en toute symbiose.

En vue de donner des réponses à la situation humanitaire préoccupante, au cours du 1er trimestre 2019, le gouvernement a procédé au lancement du plan d'urgence du Burkina Faso ». Mais à ce jour, qu'en est-il du bilan des interventions de l'Etat et des partenaires humanitaires ?

Chiffres à l'appui, Mme Ilboudo a déclaré qu'en dépit de la faiblesse des ressources, « le gouvernement, en collaboration avec tous les acteurs humanitaires, a pu coordonner et conduire plusieurs interventions en faveur des personnes déplacées internes dans plusieurs secteurs ».

Nous retiendrons, entre autres, que 225 882 personnes ont reçu une assistance alimentaire ; 12 372 enfants ont bénéficié d'une éducation formelle et informelle ; 521 221 personnes ont accès aux soins médicaux et services de santé.

En outre, une base des données a été conçue pour l'enregistrement numérique, permettant d'augmenter les capacités de collecte de données sur les personnes déplacées. La ministre de la Femme et de la Solidarité a toutefois déclaré que nonobstant les réalisations citées, nous faisons face à une situation humanitaire qui peine à s'améliorer.

Cela s'explique, selon Mme Ilboudo, par le fait que « le nombre de personnes déplacées internes est passé de 87 000 en janvier de cette année à 270 776 à la date du 16 août 2019 et que toutes les 13 régions accueillent désormais des déplacés.

A ces chiffres s'ajoutent 17 715 retournés et demandeurs d'asile venus du Mali et de Côte d'Ivoire.

Mme Ilboudo a également donné le montant du budget du plan d'urgence révisé, qui s'élève à 187 millions de dollars, soit 112 milliards de FCFA, indiquant qu'à ce jour, seule la somme de 55,1 millions de dollars a été mobilisée.

Elle a par ailleurs précisé que « ces ressources extérieures mobilisées avec les partenaires sont utilisées directement par les organisations humanitaires en appui aux efforts de l'Etat sur le terrain ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.